Opinion

  • Éditorial

7 juin !

Vendredi 7 Juin 2019 - 11:33

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Au lendemain de la commémoration du soixante-quinzième anniversaire du débarquement allié en Normandie, que doivent retenir de cet évènement les peuples du grand Sud ? Ceci, résumé en trois phrases qui ne plairont certainement pas à tout le monde mais qui, nous semble-t-il, doivent malgré tout être écrites :

° D’abord l’omniprésence des Etats-Unis, ce qui est tout à fait logique puisque sans les forces américaines, l’Europe n’aurait jamais pu se débarrasser du joug nazi, mais qui est également paradoxal dans la mesure où la plus haute autorité américaine, le président Donald Trump, a profité de cette occasion pour féliciter publiquement l’Angleterre de quitter l’Union européenne à la faveur du « Brexit dur » qui se précise de jour en jour et qui affaiblit fortement le Vieux continent.

° Ensuite la terrible résurgence des blessures profondes causées tout au long de la première moitié du vingtième siècle par l’affrontement de l’Allemagne et de ses alliés avec la France et l’Angleterre, qui a provoqué en moins de vingt-cinq ans deux guerres mondiales dont le coût humain, social, économique, culturel s’est révélé dévastateur, faisant sur toute l’étendue de la planète des dizaines de millions de morts et d’incroyables destructions.

° Enfin, et ce n’est pas rien, la quasi inexistence de l’Union européenne dans cet anniversaire – tout comme d’ailleurs ce fut le cas, il y a six mois, lors de la commémoration de la fin de la Première Guerre mondiale – alors même qu’au lendemain de la Seconde, les Pères de l’Europe, Allemands et Français notamment, avaient fondé la paix des temps à venir sur la création d’une communauté de nations qui s’emploierait à combattre les démons du passé.

Dans le moment que nous vivons où le nationalisme qui fit tant de mal au Vieux continent ressurgit au sein de nombreux pays comme on l’a vu lors des dernières élections européennes, le constat dressé ici débouche sur la conclusion suivante : l’Europe devrait dire et surtout prouver  à la face du monde qu’elle ne laissera plus jamais les nations qui la composent se défier, s’affronter, se détruire les armes à la main ; et, pour cela, franchir un pas décisif sur la voie de son unité. Mettre en avant ce qui unit aujourd’hui plutôt que ce qui a divisé hier rassurerait le monde entier bien plus que la mise en scène à laquelle nous venons d’assister.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 19/10/2019 | Affaires...
▶ 18/10/2019 | Mami Wata
▶ 17/10/2019 | Passionnant !
▶ 16/10/2019 | Balises
▶ 16/10/2019 | Rupture
▶ 14/10/2019 | Regards
▶ 13/10/2019 | Rentrée
▶ 11/10/2019 | Rire
▶ 10/10/2019 | Avertissement
▶ 10/10/2019 | Contexte