Accord Congo-FMI : le gouvernement reste confiant pour la mise en œuvre des quarante-huit mesures du programme

Jeudi 14 Novembre 2019 - 12:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le Premier ministre, Clément Mouamba, a déclaré, le 13 novembre, devant les députés qu’il était possible d’achever quarante mesures d’ici à la fin de l’année.

Interpellé par le député Cyr Ebina sur le niveau d’exécution des quarante-huit mesures du programme de Facilité élargie de crédit conclu le 11 juillet dernier entre le Congo et le Fonds monétaire international (FMI), le chef du gouvernement a répondu que l’exécutif était à la manœuvre. En effet, conscient du fait que la tâche n’est pas facile, Clément Mouamba a déclaré que son équipe avait un optimisme mesuré mais restait vigilante.  

« Le point qui m’est fait montre bien que nous sommes à peu près à seize mesures totalement terminées. Il y en a trente-deux en chantier avec la possibilité d’achever vingt-cinq d’ici à la fin de l’année. Quant au reste qui est au nombre de sept ou huit, c’est en 2020 qu'elles seront exécutées, pour des raisons tout à fait techniques, parce que certaines mesures méritent qu’on les redéfinisse », a-t-il annoncé devant la représentation nationale, précisant que huit mesures avaient été réalisées avant la signature de l’accord d’autant plus que le gouvernement était sûr de conclure ce programme.

Selon lui, ces mesures très techniques sont publiées sur le net parce que beaucoup ont voulu en faire un fétichisme. Il a, par ailleurs, souligné l’intérêt de mettre en œuvre ces différentes mesures afin de bénéficier des prochains décaissements des fonds qui y sont alloués. « Globalement, je peux dire à la représentation nationale que ces mesures sont en train d’être exécutées. En tout cas, toutes ont commencé, mais ne seront pas achevées forcément le 31 décembre, il y aura un petit reste de sept ou huit mesures. C’est un rythme qui est imposé ; mais ce rythme, je pense globalement que nous devons le tenir et nous n’avons pas le choix », a insisté Clément Mouamba, parlant d’un respect des repères structurels.

Affichant un sentiment de satisfaction mesurée, il a rappelé que les problèmes ne manquent pas dans l’exécution de ce programme puisque le Congo devrait à l’échelle régler la question des arriérés, finir rapidement avec l’audit de la dette intérieure et faire un effort de la payer. Le gouvernement doit également régler rapidement la question de la dette commerciale, notamment envers les traders. « L’absence du ministre des Finances à cette séance se justifie par le fait qu’il a été commis pour aller achever ce dossier. L’objectif est simple : obtenir au moins 30% auprès de ces partenaires pour que leur dette soit compatible avec les moyens du Congo, autrement dit avec le programme », a conclu le Premier ministre.

Parfait Wilfried Douniama

Légendes et crédits photo : 

Le Premier ministre devant la représentation nationale/Flavien

Notification: 

Non