Accord UE-ACP: Robert Dusey exhorte les pays partenaires à plus d'imagination

Jeudi 11 Octobre 2018 - 15:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le négociateur en chef des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, et ministre des Affaires étrangères, de la coopération et de l'intégration africaine du Togo  appelle à plus d’ambition pour l’avenir des relations UE-ACP, après la fin de l’accord de Cotonou en 2020.

L'Union européenne (UE) et les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) poursuivent les pourparlers pour un nouvel accord de partenariat. L'une des nouveautés réside dans sa structure, avec un socle commun applicable à tous les membres et trois partenariats régionaux spécifiques, l’Afrique, les Caraïbes et le Pacifique (ACP).

L’accord post-Cotonou est censé aider à la réalisation du développement durable dans les pays ACP. Au coeur du futur accord ACP-UE, le droit au développement des peuples ACP, les Objectifs de développement durale, l’accord de Paris sur les changements climatiques et l’Agenda 2063 de l’Union africaine. 

L'accord de Cotonou, ayant fait son petit bonhomme de chemin pendant près de vingt ans, expire en 2020. Pour Robert Dusey, le partenariat ACP-UE ne peut tenir ses promesses que s’il n’annihile pas les efforts endogènes de développement des ACP, n’induit pas le démantèlement de leurs jeunes industries et économies. Il appelle à de l'ambition et à de l'imagination pour comprendre les enjeux de la nouvelle coopération ACP-UE, les ACP espérant ''moins la charité que la justice et l’équité dans les termes du futur accord de partenariat".

Le nouvel accord englobe une kyrielle de sujets: l’économie; l’investissement; la coopération au développement; la recherche; l’innovation technologique; les changements climatiques; la guerre; la pauvreté; la sécurité; le dialogue politique et la migration.

A la faveur de l'entente entre les deux parties sur le socle commun de l’accord, seront lancées les négociations sur les trois piliers régionaux. L’objectif étant de parvenir à un texte tenant en compte des réalités et problèmes de chaque sphère géographique du groupe ACP. Une approche plutôt avantageuse et en phase avec la volonté de chacune des régions des ACP, "d’influencer, ou de prendre en main les négociations techniques sur ses priorités stratégiques" et une particularité de l'Afrique, à savoir "avoir un partenariat totalement décomplexé avec l’Europe dans un rapport de stricte égalité".

La question migratoire pourrait faire partie des points focaux de l'accord ACP-UE. Mais Robert Dusey ne veut pas qu'elle impacte dans le sens négatif les termes du futur accord de coopération. Il plaide pour un accord de partenariat ''juste et équitable entre l’Europe et les ACP ", ce qui aura, pour l’Afrique, les Caraïbes et le Pacifique, "des retombées que les accords antérieurs n’ont jamais eues". Quant au bilan de l'Accord de Cotonou mis en place depuis 2000, il apparaît mitigé, a-t-il reconnu.

Noël Ndong

Notification: 

Non