AFDC-A : Modeste Bahati en justice contre ses pourfendeurs

Jeudi 18 Juillet 2019 - 18:08

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’ex-ministre du Plan a déposé, le 18 juillet, une plainte auprès du Procureur général près la Cour de Cassation contre Néhémie Mwilanya, Nene Nkulu, Tshimanga Buana, Steve Mbikayi et Djanga Katakala qu’il accuse, entre autres, d’usurpation de pouvoir, de débauchage, de faux en écriture, etc.

Lors de sa dernière conférence de presse, Modeste Bahati avait déjà annoncé les couleurs en menaçant de saisir la justice contre les frondeurs de son regroupement politique, l’Alliance des forces démocratiques du Congo et Alliés (AFDC-A), et des membres du Front commun pour le Congo (FCC) qui entretiennent la division en son sein. Le leader de l’AFDC-A vient de passer à l’offensive en déposant, le 18 juillet, une plainte auprès du procureur général près la Cour de cassation contre Néhémie Mwilanya, Nene Nkulu, Tshimanga Buana, Steve Mbikayi et Djanga Katakala. Ces personnalités du FCC et de l’AFDC-A, d’après lui, sont à la base de la confusion qui règne au sein de son regroupement politique actuellement écartelée en deux branches antagonistes. Deux groupes politiques se revendiquant de l’AFDC-A et diamétralement opposés sur les orientations politiques de ce regroupement politique l’engagent désormais, créant une confusion dans les esprits quant à son réel leadership.   

Bien que radié du FCC, Modeste Bahati, qui a pris sa liberté en transformant l’AFDC-A en un regroupement autonome et indépendant, n’est pas prêt à se laisser devancer par un groupe de députés et sénateurs tenant à récupérer ce qu’il considère comme une œuvre personnelle. Nene Nkulu et Stève Mbikayi qui ont pris le courage de l’exclure de la direction de l’AFDC-A n’ont, à ses yeux, aucune qualité pour engager ce regroupement politique. Jusqu’à preuve du contraire, l’ex-ministre du Plan estime incarner le vrai leadership de l’AFDC-A.

Pour en revenir à la plainte ci-haut évoquée, Modeste Bahati accuse les personnalités incriminées d’usurpation de pouvoir, d’abus de pouvoir, de débauchage, de faux en écriture, de menaces, de trouble de quiétude et d’imputations dommageables. Tout en minimisant l’impact de la dissidence opérée par Nene Nkulu et compagnie sur le fonctionnement de son regroupement, Modeste Bahati les invite à revenir à la raison et à ne pas se laisser manipuler par le FCC dans sa quête de débauchage.     

Alain Diasso

Légendes et crédits photo : 

Modeste Bahati

Notification: 

Non