Agriculture : le gouvernement offre des kits agricoles aux groupements des maraîchers de Talangaï

Lundi 15 Octobre 2018 - 19:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le matériel a été remis, le 15 octobre à Brazzaville, lors du lancement officiel des activités programmées à l’occasion de la Journée internationale de la femme rurale, sous la présidence du ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, Henri Djombo, en présence de plusieurs membres du gouvernement.

Henri Djombo a présidé la cérémonie au gymnase Nicole-Oba de Talangaï, le sixième arrondissement de la capitale. Au cours de celle-ci, des kits agricoles ont été offerts aux représentants de quatre groupements de la ceinture maraichère de Talangaï, notamment Bana-Mayi, la Différence, l’Union fait la force et Talangaï actif.

Dans son discurs pour la circonstance, le ministre d’Etat, Henri Djombo, après avoir honoré la femme rurale en la valorisant du fait qu’elle joue un rôle majeur dans un secteur stratégique de l’économie nationale, l'a exhortée à s’adonner davantage à l’agriculture pour son autonomisation. Il a ajouté : « Avec les jeunes, elles contribuent de façon significative à la production et à la sécurité alimentaires. Il faut donc les considérer comme des acteurs majeurs et renforcer leur position dans les transformations agricoles à opérer dans notre pays. RGA 2017 vient de dénombrer 514 358 actifs agricoles au Congo, dont 234 597 femmes (45,6%) et 279 761 hommes (54,4%). Les femmes sont particulièrement actives dans le développement des cultures vivrières ».

La ministre Ines Nefer Ingani, de la Promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement, a, pour sa part, souligné: « En effet, face au changement climatique, les inégalités de genre en matière d’accès à la terre, à l’eau et à l’énergie ne font que se renforcer, d’où, l’impérieux devoir de développer les stratégies novatrices pour offrir davantage à la fille et à la femme rurales plus d’opportunités pour pratiquer une agriculture résiliente au climat ; une agriculture mécanisée afin de la rendre plus performante ; assurer l’égalité des faits de l’autonomisation des femmes et des filles rurales restent pour nous des défis à relever ».

De son côté, au nom du coordonnateur du système des agences des Nations unies, le représentant du Haut Commissariat pour les réfugiés au Congo, Modeste Cyr Kouamé, a rappelé:« Les femmes rurales sont les actrices clés des communautés. Les reconnaître et les soutenir en tant que telles peut constituer un levier de développement extrêmement puissant. Nous sommes solidaires des femmes et filles rurales et de leurs organisations, afin qu’elles œuvrent à influencer les décisions qui ont une incidence sur leur vie ».

Ce geste a rendu son optimisme à l’administrateur maire de Talangaï, Privat Fréderic Ndéké, qui a encouragé les bénéficiaires de la ceinture maraichère de son arrondissement à travailler davantage, en se servant jalousement des kits qui leur ont été donnés afin d’augmenter la capacité de leurs productions et d’approvisionner les marchés de la capitale en produits agricoles.

Notons qu' un ouvrage sur « Les défis de la femme congolaise face aux objectifs de l’autosuffisance des aliments de base » a été remis au ministre d'Etat, Henri Djombo, par la ministre de la Promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement. Une opération de levée de fonds en faveur de la population du Pool a été également organisée, suivie de l’ouverture d’une exposition-vente et, enfin, du lancement des ateliers ludo-pédagogiques et du studio radio mobile (Radio rurale, Radio Mucodec et Kabu TV-Web TV.)

Guillaume Ondzé

Notification: 

Non