Agriculture : le Pdac sollicite l'approbation de ses études d'impacts par le ministère de l'Environnement

Mercredi 20 Février 2019 - 19:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le besoin a été exprimé par la délégation du projet, le 20 février à Brazzaville, lors de l’entretien qu'elle a eu avec la ministre Arlette Soudan-Nonault.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Conduite par la représentante de la Banque mondiale en République du Congo, Korotoumou Ouattara, la délégation du Projet d’appui au développement de l’agriculture commerciale (Pdac)  est allée informer la ministre du Tourisme et de l’environnement des études environnementales et sociales menée dans le cadre de ce projet. Elle l'a également informée de tous les micros projets qui seront financés par le Pdac et aussi de l’appui que la Banque mondiale veut apporter au gouvernement congolais dans le cadre des pistes rurales à travers le pays.

« Nous voulons sensibiliser la ministre au fait que nous allons travailler en étroite collaboration avec son ministère pour obtenir les approbations, le plus rapidement que cela puisse se faire pour les études environnementales et sociales. Parce que c’est très important lorsqu’on parle d’agriculture pour un développement durable, lorsqu’on parle de préserver les forêts dans un pays. Il est important qu’on sache les impacts des activités auxquelles nous allons nous adonner, quels genres d’impacts cela va produire sur les forêts et le climat en général », a déclaré la représentante de la Banque mondiale.

Appréciant le partenariat qu’elle voit très étroit dans un futur très proche, Korotoumou Ouattara a indiqué : « La ministre nous a assurés que son équipe et elle-même sont prêtes à nous assister pour que le ministère ne soit pas un frein aux activités que nous allons mener dans le cadre du Pdac, mais plutôt un partenaire qui doit nous faciliter l’approbation des diverses études que nous allons entreprendre. Nous nous sommes mis d’accord pour qu’un comité au niveau du ministère soit mis en place. Nos équipes vont travailler en étroite collaboration pour élaborer un plan de déroulement de ces activités afin que les choses puissent se dérouler le plus rapidement possible. »

Rappelons que le projet Pdac est le plus gros financement de la Banque mondiale au Congo, pour un coût de cent millions de dollars. Son coordonnateur national est Isidore Ondoki.

Bruno Okokana

Légendes et crédits photo : 

Photo : La ministre du Tourisme et de l’environnement s’entretenant avec la délégation du PDAC

Notification: 

Non