Opinion

  • Éditorial

Alerte

Mardi 5 Décembre 2017 - 11:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Cette alerte concerne les provocations qui se multiplient chez nous à l’approche des fêtes de fin d’année et qui visent certainement, entre autres choses, à empêcher le resserrement des liens qui se dessine entre le Congo et diverses puissances extérieures au continent, parmi lesquelles la France figure en très bonne place. Elle est d’autant plus nécessaire que la force publique fait face à plusieurs défis, ce qui permet aux médias, étrangers notamment, de les amplifier afin de se déchaîner contre les autorités de notre pays.

Dans ce domaine éminemment sensible, deux règles devraient aujourd’hui s’imposer, du moins nous semble-t-il:

° La première de ces règles est le respect de l’Etat de droit, c’est-à-dire la stricte application des principes qui fondent notre démocratie. Face à des individus, et souvent même à des personnalités, qui s’en affranchissent dans le seul but de provoquer la police et la gendarmerie, la règle qui s’impose est celle de la retenue. Ne pas céder aux provocations et s’en tenir strictement aux lois sur lesquelles reposent  nos institutions est la seule façon de protéger efficacement la société civile contre ceux et celles qui tentent de la déstabiliser à leur profit.

° La seconde règle, toute aussi importante, est la nécessité de communiquer, c’est-à-dire d’expliquer de façon claire ce qui se passe lorsque se produisent des troubles sociaux qui obligent l’autorité publique à agir. Rien, en effet, n’est plus dangereux que le silence dans l’environnement qui est le nôtre aujourd’hui où les rumeurs, les insinuations mensongères, les informations fausses circulent sur les réseaux sociaux à la vitesse du son et de la lumière. Dire la vérité même si elle n’est pas toujours plaisante est un impératif catégorique.

La société dans laquelle nous vivons aujourd’hui n’est certainement pas exemplaire, mais elle a le grand avantage d’être ouverte sur le monde. Il faut donc lui expliquer de façon claire et constante ce qui se passe réellement sur le terrain, pourquoi la force publique est amenée à intervenir, comment elle agit dans le respect du droit, reconnaître même les erreurs qu’elle peut commettre dans la tâche infiniment délicate qui lui est confiée de protéger la liberté individuelle et collective. Qui, honnêtement, pourrait s’en offusquer ?

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 15/12/2017 | Economie verte
▶ 14/12/2017 | Pavé
▶ 13/12/2017 | Rétropédalage ?
▶ 12/12/2017 | Convergence
▶ 11/12/2017 | Feux verts
▶ 8/12/2017 | Gangrène
▶ 7/12/2017 | Remise à plat
▶ 6/12/2017 | One Planet Summit
▶ 5/12/2017 | Alerte
▶ 4/12/2017 | FMI