Angela Merkel et Emmanuel Macron commémorent l'armistice, à la veille d'une grande cérémonie à Paris

Samedi 10 Novembre 2018 - 21:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La chancelière allemande et le président français ont célébré côte à côte, le 10 novembre, le centenaire de l'armistice de 1918 et la réconciliation franco-allemande, à la veille d'une grande cérémonie qui rassemblera près de soixante-dix dignitaires du monde entier, à Paris.

Dans la clairière de Rethondes, au nord de Paris, cernée d'arbres aux couleurs d'automne, le président français et la chancelière allemande ont dévoilé une plaque sur le site de la signature de l'Armistice, mettant fin aux combats de la Grande Guerre, saignée pour l'Europe et le monde avec dix-huit millions de morts.

"A l'occasion du centenaire de l'Armistice du 11 novembre 1918, M. Emmanuel Macron, président de la République Française, et Mme Angela Merkel, chancelière de la République Fédérale d'Allemagne, ont réaffirmé ici la valeur de la réconciliation franco-allemande au service de l'Europe et de la paix", est-il inscrit sur la petite plaque.

La mine solennelle, les deux dirigeants ont passé en revue des militaires de la brigade franco-allemande et déposé une gerbe avant de visiter la reconstitution du célèbre wagon restaurant où l'Armistice fut signée.

"Incitation à l'action"

La portée symbolique était particulièrement forte: c'est la première fois depuis l'après-guerre que le président français et le chef du gouvernement allemand se rencontraient dans ce mémorial.

Ils ont ensuite discuté avec des jeunes, qu'Emmanuel Macron a appelés à "ne rien céder aux passions tristes, aux tentations de la division", martelant ce message politique en faveur de plus de coopération dans une Europe où les électeurs se tournent de plus en plus vers des courants hostiles à l'intégration européenne.

"Cette journée n'est pas seulement une journée du souvenir mais une incitation à l'action (...) pour faire tout le possible pour rétablir l'ordre dans le monde de façon pacifique", a confié à la presse Angela Merkel, après la cérémonie. 

Ce message de coopération internationale, cette volonté d'une gouvernance multilatérale, Emmanuel Macron le réaffirmera certainement dimanche matin lors d'une grande cérémonie à l'Arc de Triomphe, et l'après-midi, lors d'un Forum sur la paix, devant les dizaines de chefs d'Etat et de gouvernement conviés.  

Arrivé dès vendredi soir à Paris, l'impétueux président américain, Donald Trump, adepte au contraire d'une approche diplomatique faite de pression et de négociation directe, ne participera pas aux débats de dimanche après-midi, à l'esprit largement divergent du sien. 

Il a rencontré samedi, en début de matinée, le président Macron, l'occasion d'une mise au point entre les deux hommes sur le dossier sensible de la défense européenne. 

A peine arrivé à Paris, le président américain avait lancé un tweet accusateur. "Le président Macron vient de suggérer que l'Europe construise sa propre armée pour se protéger contre les Etats-Unis, la Chine et la Russie", avait-il écrit. "Très insultant mais peut-être que l'Europe devrait d'abord payer sa part à l'Otan que les Etats-Unis subventionnent largement !", avait lancé Donald Trump.

Samedi matin, l'Elysée a assuré qu'il y avait une "confusion" dans l'interprétation des propos d'Emmanuel Macron. "Nous sommes devenus très bons amis au fil des ans", a ensuite assuré Donald Trump. Mais son visage était fermé et l'atmosphère de la rencontre loin des démonstrations passées de complicité.

"Nous devons mieux partager le fardeau au sein de l'Otan", a estimé Emmanuel Macron dès les début de l'entretien à l'Elysée, une musique douce aux oreilles du locataire de la Maison-Blanche qui ne cesse de dire que les pays européens ne payent pas assez, alors qu'une grande partie de l'Europe s'abrite sous le bouclier américain depuis l'après-guerre.

Conversation "fructueuse et dense" 

"Nous voulons une Europe forte", a déclaré le président américain. Ce que ne semble pas croire le président du Conseil européen, Donald Tusk, qui a soutenu exactement le contraire à Lodz, en Pologne, reprochant à DonaldTrump d'être contre "une Europe unie et forte".

Depuis son élection, Emmanuel Macron plaide constamment pour un renforcement européen de la Défense, la France mettant justement en avant l'incertitude stratégique provoquée par les positions de Donald Trump.

Des désaccords politiques profonds opposent les deux hommes, sur l'environnement, le nucléaire iranien, les relations commerciales et, d'une manière générale, sur la gouvernance des affaires du monde, pour laquelle Emmanuel Macron défend le multilatéralisme, honni par Donald Trump.

A l'issue de la réunion, le président français a toutefois salué, dans un tweet, une conversation "fructueuse et dense sur la lutte contre le terrorisme, la défense européenne, l’Iran, la Syrie, le Golfe, la Libye et beaucoup d’autres sujets d’intérêt commun pour la France et les Etats-Unis".

Après un déjeuner en présence de Mélania Trump et Brigitte Macron, le président américain est retourné à la résidence de l'ambassadeur. Il a renoncé à se rendre au cimetière américain de Bois Belleau, à une centaine de kilomètres au nord-est de Paris, en raison du mauvais temps.

Ce changement de programme, officiellement justifié par la difficulté de faire voler sous la pluie l'hélicoptère présidentiel Marine One, a provoqué de multiples réactions indignées sur les réseaux sociaux, dont celle de Nicholas Soames, député conservateur britannnique et petit-fils de Winston Churchill.

Dans la soirée, Emmanuel et Brigitte Macron, Donald et Melania Trump, Angela Merkel, et plusieurs autres dignitaires dont le Canadien Justin Trudeau se sont rendus au Musée d'Orsay à Paris, pour un dîner protocolaire, avant la grande cérémonie de l'Arc de Triomphe dimanche matin. 

D'après AFP

Légendes et crédits photo : 

Philippe Wojazer / Pool / AFP

Notification: 

Non