Assurances : l’Africaine des assurances s’implante dans le marché congolais

Samedi 15 Décembre 2018 - 13:47

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La structure a officiellement lancé ses activités, le 13 décembre à Brazzaville, avec pour objectif de contribuer à la redynamisation de l’économie congolaise.

Le groupe béninois L’Africaine des assurances ne s’est pas trompé en investissant le marché congolais, a souligné le président du conseil d’administration, Isidore Zinsou, estimant que le Congo a des potentialités économiques énormes qui multiplient les opportunités d’affaires. Le directeur général de la filiale implantée dans le pays, Dominique Sodjinou, a, quant à lui, épinglé quelques secteurs à explorer. « Nous allons certainement être un pionnier dans l’offre d’assurances dans le développement de plusieurs secteurs révolutionnaires comme les BTP pour l’assurance caution et les différentes garanties financières professionnelles », a-t-il déclaré.

Selon ce dernier, l’Africaine des assurances Congo (ACC) s’inscrit dans une démarche qualité, pour la satisfaction de la clientèle et l'adaptation des produits et services aux besoins, en offrant des produits sur mesure… Dans la perspective de croissance et de développement, l’ACC veut innover qualitativement en augmentant le panel de produits. Ce qui implique le renforcement du partenariat, notamment avec les courtiers, les commerciaux, les experts.

Le directeur de cabinet du ministre des Finances et du budget, Henri Loundou, a rappelé que le secteur des assurances est un pilier important de l’économie congolaise. Il joue un rôle important dans la collecte de l’épargne et le financement des activités économiques, constituant un véritable stimulateur de la croissance. Le secteur a, par ailleurs, une mission sociale : sécuriser les citoyens et les entreprises contre les risques d’accidents éventuels. « Afin de permettre à ce secteur de jouer pleinement son rôle, le gouvernement de notre pays a mis en œuvre un plan stratégique de développement du secteur financier, dans une approche inclusive intégrant les acteurs des assurances », a-t-il indiqué.

Par ailleurs, Henri Loundou a expliqué que le marché congolais des assurances présente une situation contrastée. On dénombre huit sociétés d’assurances dont deux d’assurance-vie et six d’assurance non-vie. Le chiffre d’affaires réalisé par le secteur est de plus de soixante milliards FCFA en 2017 contre un peu plus de soixante-cinq milliards en 2016, soit une progression de près de 9%. Avec une proportion d’environ 6% du chiffre d’affaires généré par l’ensemble des compagnies d’assurances de l’espace de la Conférence interafricaine des marchés d’assurances (Cima) en 2016, le Congo occupe la cinquième place en termes de niveau d’activité de la zone Cima.

En rappel, le groupe L’Africaine des assurances existe depuis vingt ans au Bénin. Sa vocation panafricaniste explique son implantation en Guinée équatoriale, en Côte d’Ivoire, au Sénégal, au Cameroun, au Togo et aujourd’hui au Congo. « Cela a pu être possible grâce à notre expertise avérée dans la gestion, la bonne gouvernance, le respect des engagements souscrits », a signifié Isidore Zinsou.

Les dirigeants de l’AAC sont rassurés que l’avenir leur donnera raison pour s’être implantés dans le pays. « L’assureur étant par nature un puissant mobilisateur d’épargne et investisseur institutionnel, le Congo demeure pour nous un pays d’hospitalité, une terre d’espérance où nous pouvons investir les provisions techniques générées par les affaires réalisées », a dit le directeur général, Dominique Sodjinou.

Rominique Makaya

Légendes et crédits photo : 

Les officiels au lancement des activités de l'Africaine des assurances Congo

Notification: 

Non