Opinion

  • Le fait du jour

Bientôt les fêtes

Samedi 1 Décembre 2018 - 18:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


On commence décembre, le mois des fêtes. On commence donc les recadrages dans les foyers, de sorte que le peu que l’on a touché, que l’on a eu permette de mieux assurer les arrières pour toute la famille. Depuis quatre ans, comme chacun le voit, la crise frappe de plein fouet l’économie nationale. Ses répercussions sur le quotidien de la population se passent de commentaire. Et Dieu seul sait comment, dans les ménages, maman et papa mettent tout en œuvre pour, comme on dit, garder la tête hors de l’eau.

Quand bien même, on l’entend répéter par des gens relativement bien informés, la situation pourrait s’inverser positivement dans les mois à venir, en tout cas courant l’année prochaine, mais ils avertissent aussi qu’il est encore loin le temps des vaches grasses où la dépense était aisée. Même si cela est la nature humaine de s’adapter aux situations du moment et donc de se serrer la ceinture en temps de crise et de la desserrer parfois largement quand frémissent de bonnes nouvelles, attention, il faut y aller mollo.  

Aussitôt seront fermées les classes vers la fin de la deuxième quinzaine de ce mois, aussitôt les tout-petits agripperont leurs parents comme les abeilles en essaim s’abattent sur la ruche. Il faut leur trouver de quoi fêter et, cela va au-delà des jouets. Ils aimeraient être drapés dans de beaux vêtements, chaussés de la meilleure façon qui soit, voire tout simplement être tirés à quatre épingles. Le 25 décembre est leur jour de dire leur joie, sillonner les rues, s’attabler dans le bistrot d’à-côté, se prendre en photo. Mais ce jour des petits est devenu si long qu’il court jusqu’au-delà du 1er janvier.

A tous ceux qui souhaiteraient mieux se préparer à la fête de Noël, durant laquelle la tourmente juvénile est forte, autant commencer à mettre quelque chose de côté dès maintenant. Disons, dès que du côté de l’exécutif un effort sera fait en ce sens. Attendre le jour J pour s’y prendre ajoutera aux tracasseries, surtout pour les familles nombreuses.

Décembre, c'est aussi sans doute le moment pour les bonnes volontés, de se monter tendres à l’égard des enfants. Par le passé, les Congolais ont fait preuve d’un tel attachement. A la tête d’associations, d’ONG ou à titre individuel, gens avisés, députés, sénateurs, conseillers départementaux et municipaux multiplient des gestes d’assistance très appréciés des bénéficiaires et des observateurs. Le temps est revenu de recommencer l’exercice, pourrait-on dire.

Il est en dernier ressort une autre bataille importante, qui mérite d’être gagnée par tous. Celle de la sécurisation de cette période sensible des fêtes, pour éviter des débordements qui accompagnent leur déroulement. En la circonstance, les services habilités savent à peu près à quoi s’en tenir.

Gankama N'Siah

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Le fait du jour : les derniers articles
▶ 10/12/2018 | Les deux Congo et le sport
▶ 3/12/2018 | Bientôt les fêtes
▶ 24/11/2018 | Choses d'autrui
▶ 26/11/2018 | Huis clos
▶ 12/11/2018 | Palais du peuple
▶ 5/11/2018 | Ecrire comme Henri Lopes?