Célébration : les avocats de la ville océane ont fêté la Saint-Yves

Mardi 22 Mai 2018 - 17:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Organisé le 19 mai à la Cour d'appel par le barreau de Pointe-Noire, l'évnénement a été marqué par le concours d’éloquence en présence des magistrats, des avocats et plusieurs autres juristes.

C’est la première fois que le barreau de Pointe-Noire célèbre la Saint-Yves, le saint patron des avocats qui, tout au long de sa vie, a plaidé pour les pauvres sans honoraires. Fils de bourgeois, saint Yves, de son vrai nom Yves Hélory de Kermatin, a toujours mis en exergue l’équité. Il est le saint patron de toutes les professions de droit, notamment celle d’avocat.

Le plaidoyer de Me Placide Lenga, premier président de la Cour suprême aujourd'hui à la retraite, intitulé De l’art oratoire au barreau, lu par Me Lionel Kalina Menga, représentant le haut magistrat, a ouvert l'activité avant que Me Sylvie Nicole Mouyecket Ngana, le bâtonnier du barreau de Pointe-Noire, ne présente  le concours d’éloquence que ce barreau a initié pour la première fois, bénéficiant des précieux conseils de l’ancien bâtonnier Me Voumbi. « Le concours permet de lutter contre le favoritisme et d’éveiller le talent d’art oratoire qui fait la fierté de l’avocat », a-t-elle dit.  Peu avant le concours, deux procès fictifs ont été organisés sur Le droit successoral de la veuve ménagère, mariée sous le régime de la communauté des biens et Est-il nécessaire d’éditer une charte des droits de la femme ?

Selon Me Cardin Tsala, défendant la veuve, les modalités de succession sont prévues dans le code de la famille congolais. Cette question trouve aussi sa réponse dans la loi.  De son côté, Me Joseph Milandou a plaidé pour la mise en pratique, sans condition, du  code de la famille et d’en prévoir aussi des sanctions pour ceux qui l’ignorent volontairement.

Dans le second procès fictif, Me Guillaume Bakoueté a argumenté sur l’adoption d’une charte pour les droits de la femme afin de mettre fin à toutes les injustices et sévices que subissent les femmes souvent sans défense. Par contre, Me Gracia Adiaba Amoussou, du barreau du Bénin et invitée de cette journée, a défendu avec la force des arguments que la  Charte des droits des femmes est inappropriée à notre époque  car les femmes naissent libres et demeurent égales à l’homme en droit.  Pour elle, le combat de la femme est maintenant l’action. 

Le concours d’éloquence a mis aux prises six jeunes avocats stagiaires qui ont fait admirer la rhétorique sur les thèmes : "Le principe de la confraternité entre avocats doit-il l’emporter sur le droit de la défense ?" par Me Orsay Moundiengui et Tedi Cherubin Donatien Koumba, "La pauvreté rime-t-elle avec la noblesse, l’avocat avec le pauvre, la veuve ou l’orphelin ?" par Me Nelson Kodom Ampieh NDong, " L’art de contester pour contester au procès est-il malhonnête ou indélicat ?" par Me Frey Daniel Locko et Me Jerry Chris Irenée Malonga.

Après délibération,  Me Jerry Chris Irenée Malonga a été proclamé vainqueur du concours d’éloquence par le jury.Tous les candidats ont été recompensés et ont vivement remercié le barreau pour cette louable initiative qui a mis en évidence leur talent. "Aujourd’hui, on a écrit l’histoire du barreau. Durant notre mandat, nous allons plaider pour la revalorisation des avocats stagiaires. Nous devons soutenir et accompagner notre heureux récipiendaire, Me Jerry Chris Irené Malonga, qui va représenter le barreau de Pointe-Noire au CIB à Genève, en Suisse, où il va compétir avec les jeunes avocats de divers horizons et d’exhorter ses collègues avocats à s’approprier le combat de saint Yves qui a fait de l’avocature un sacerdoce par son humilité et sa générosité", ont-ils indiqué.

 Signalons qu’avant la journée Saint-Yves, les avocats du barreau ont organisé des consultations juridiques gratuites dans les différentes mairies de la ville.       

 

Hervé Brice Mampouya

Légendes et crédits photo : 

La photo de famille après la Saint-Yves/ crédit photo Adiac

Notification: 

Non