Coopération : la francophonie économique de plus en plus « illusoire »

Lundi 9 Juillet 2018 - 18:22

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La dernière investigation réalisée par le Centre d’études et de réflexion sur le monde francophone (CEMRF) révèle que l’aide française au développement tant bilatérale que multilatérale ne profite pas réellement au monde francophone.

En plus d’avoir chuté au fil des années, les quelques chiffres du CEMRF indiquent que moins d’un euro sur six versés par la France a été affecté effectivement aux pays francophones en 2016. Intitulée « Le monde francophone demeure le parent pauvre de l’aide française au développement », l’étude du CEMRF publiée à la fin du mois de juin montre que les pays francophones bénéficient le moins de cette aide française. Un véritable paradoxe si l’on se réfère aux ambitions françaises en Afrique et dans les pays en développement.

Le premier pays africain francophone bénéficiaire de l’aide française est le Maroc. Ce pays riche du Maghreb vient seulement à la onzième place dans le classement global de l’assistance française. Pire, le Maroc et le Cameroun sont les deux pays africains à figurer parmi les vingt premiers bénéficiaires de l’aide française. Malheureusement, les perspectives restent également très décourageantes. « Passée de 17,5 % en 2014 à 18,1 % en 2015, la part du monde francophone de l'aide totale allouée par la France à des pays tiers a chuté à 15,4 % en 2016 », relève le document.

Pour ces auteurs, la France devrait mieux s’inspirer de la politique du Royaume-Uni qui privilégie en toute circonstance son espace géolinguistique. Un choix du reste stratégique car il contribue davantage à doper l’influence britannique dans la région. En tout cas, cette aide infime fragilise toutes les déclarations officielles en faveur de la francophonie, déplore le rapport. D’ailleurs, la détermination de consolider une francophonie économique semble plutôt compromise au stade actuel. Selon les auteurs, il est clair que cette démarche visant à bâtir une communauté économique ne sera jamais prise au sérieux.

Pour rappel, le CEMRF produit des analyses sur le monde francophone, sans oublier ses propositions sur le renforcement des liens entre les pays et les peuples francophones.

Laurent Essolomwa

Notification: 

Non