CPI : Cuno Tarfusser évoque les documents "d’authenticité douteuse" de Fatou Bensouda

Mercredi 21 Août 2019 - 12:35

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le juge de la Cour pénale internationale ( CPI), Cuno Tarfusser relève les "faiblesses" des preuves présentées par la juge Fatou Bensouda pour libérer les accusés Laurent Gabgbo et Charles Blé Goudé.

Dans un document daté du 16 juillet 2019, d le juge Cuno Tarfusser de la CPI, revient sur les éléments qui l'ont motivé à acquitter Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé : " Ma conviction que les deux accusés devraient être acquittés, (est) fondée sur l’évaluation des éléments de preuve et sur leur exceptionnelle faiblesse", dit-il. Puis il explique : " Pendant près de deux ans, j’ai assisté à l’étiolement de la cause du procureur dans la salle d’audience, où les témoins, qui allaient de la plus humble des victimes aux plus hauts gradés de l’armée ivoirienne, ont les uns après les autres systématiquement affaibli, lorsqu’ils n’ont pas complètement décrédibilisé, la thèse qu’ils étaient «censés » soutenir, le Procureur les ayant cités à comparaître à cette fin ".

Pour le juge Cuno Tarfusser, plusieurs documents présentés en guise de preuve, manquaient de crédibilité. " Pendant près de quatre ans, j’ai aussi passé au crible des montagnes de documents qui soi-disant appuyaient cette thèse, mais dont aucun n’en a apporté un commencement de confirmation, qu’ils soient pris individuellement ou dans leur ensemble. Comme cela est souligné dans les motifs, nombre de ces documents étaient d’authenticité douteuse", fait-il remarquer.

Avant d'asséner la procureur Fatou Bensouda : " Il est probablement juste de dire que, dans de nombreux systèmes nationaux, une majorité des preuves documentaires produites par le procureur n’aurait pas réussi ne serait-ce que le plus rudimentaire des tests d’admissibilité ". Le juge va donc s'appuyer sur ces preuves douteuses pour libérer, le 15 janvier 2019, Laurent Gbagbo et Blé Goudé, après trois années de procès.

Noël Ndong

Notification: 

Non