Crise sécuritaire dans le Sahel : la question examinée à New York

Mardi 6 Novembre 2018 - 12:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) a organisé une conférence portant sur la région, le week-end dernier, en collaboration avec l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et sa représentation permanente auprès des Nations unies.  

La rencontre s'est tenue sur le thème « Quels rôles pour les parlementaires dans la lutte contre le terrorisme dans la zone sahélienne ? ». Selon les organisateurs, la conférence de New York est une réponse à la volonté exprimée par les membres de l’APF, notamment celle de voir la Francophonie parlementaire s’investir davantage sur la question du Sahel afin de contrer la situation d’insécurité qui y prévaut depuis plusieurs années. D’autant plus que le Sahel fait face à une grave crise sécuritaire en raison de la présence des groupes terroristes et d’une menace djihadiste qui n’a pas de frontières étatiques.

Cette réunion de haut niveau a eu pour objectif d’impliquer principalement les parlementaires dans la réflexion et l’action visant à lutter contre l’insécurité dans la zone sahélienne et à permettre un dialogue fécond entre les parlementaires, les représentants de la population, les acteurs onusiens et internationaux, œuvrant dans le cadre de la consolidation de la paix et du développement régional.

« Nous ne serons que plus forts contre ce fléau du terrorisme si cruellement dévastateur, que si nous rassemblons nos efforts, nos expertises, si nous échangeons et diffusons nos connaissances, nos expériences concluantes, nos bonnes pratiques avérées, afin de renforcer les capacités francophones en matière de prévention et d’alerte précoce », a déclaré l’un des responsables de l’OIF.

En effet, lors de leurs échanges, les parlementaires ont débattu plusieurs questions parmi lesquelles, celles liées au rôle des élus dans le contexte sahélien en matière de sécurité et de développement régional et au soutien du G5 Sahel.

« Je souhaite que tous nous nous impliquions pour la résolution de cette question de paix au Sahel », a déclaré le président de l’APF, Jacques Chagnon, invitant pour ce faire « tous ceux qui sont au centre de cette réflexion,  notamment  la sous-secrétaire générale des Nations unies aux opérations de maintien de la paix, le président de la Commission de consolidation de la paix des Nations unies, la directrice et chef adjointe du Bureau d’appui à la consolidation de la paix des Nations unies et l’ancien secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix des Nations unies ». Il a ajouté que cette conférence  des parlementaires de l’APF précède le sommet interparlementaire des membres de l’Alliance Sahel prévu par l’Assemblée nationale française, le 13 décembre, et auquel l’APF est associée.

Notons que l’APF est l’Assemblée consultative de la Francophonie. Elle regroupe des parlementaires de quatre-vingt-sept parlements ou organisations interparlementaires.

 

 

Rock Ngassakys

Notification: 

Non