Dette intérieure : le processus d’apurement enclenché

Samedi 19 Septembre 2020 - 18:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le Premier ministre, chef du gouvernement, Clément Mouamba, a lancé le 19 septembre le processus de paiement de la dette intérieure congolaise. La première phase qui va démarrer sous peu est financée à hauteur de trois cents milliards Fcfa, par le ‘’Club de Brazzaville’’, un groupe de quatre banques de la place.

Dans la recherche des solutions visant à apurer la dette intérieure, le gouvernement avait conclu, en mars dernier, un accord de financement avec le Club de Brazzaville. Il s’agit d'un groupe réunissant la BGFI-Bank, la Congolaise de banque (LCB), Ecobank et la Banque sino congolaise pour l’Afrique (BSCA). Cette créance concerne à la fois la dette commerciale et sociale.

La somme sollicitée étant déjà disponible, le gouvernement a lancé officiellement le processus de paiement. Celui-ci commence par la sélection des dossiers et la délivrance des titres de créances, pièces principales qui donneront aux opérateurs économiques l’accès aux banques pour être payés. 

« Le Premier ministre nous a instruits de réunir tous les dossiers dans les dix jours qui suivent afin d’amorcer le paiement, car trois cents milliards FCFA sont déjà prêts pour cette opération. Dans un premier temps, il sera question d’apurer la dette commerciale due aux opérateurs économiques en vue de relancer l’économie », a précisé le ministre délégué au Budget, Ludovic Ngatsé.

En deuxième priorité, a indiqué le ministre, le gouvernement s’attaquera à la dette sociale, celle due aux caisses de sécurité sociale ainsi que d’autres dettes sociales.

Le président du Club de Brazzaville, Paul Obambi, a salué les efforts fournis par le gouvernement pour obtenir cet accord. Il a, par ailleurs, précisé que des mécanismes spécifiques sont pris pour que cet argent ne s’évade pas, qu’il soit entièrement investi sur place afin de relancer l’économie nationale asphyxiée par la crise économique et sanitaire.

Firmin Oyé

Notification: 

Non