Discours sur l'état de la nation : Joseph Kabila réaffirme la souveraineté et l'indépendance de la RDC

Jeudi 19 Juillet 2018 - 19:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Devant des députés et sénateurs réunis dans un hémicycle du Palais du peuple rempli comme un œuf, le chef de l'Etat a réitéré son vœu de voir les élections se tenir en décembre prochain.

Tous ceux qui avaient attendu que Joseph Kabila se prononce enfin clairement sur son avenir politique immédiat, en rapport avec son troisième mandat à la faveur de son discours sur l’état de la nation, devraient déchanter. Car le chef de l’Etat n’a pipé mot sur ce sujet dans son allocution aux accents très patriotiques et nationalistes. Devant des députés et sénateurs, Joseph Kabila a réitéré toutefois son vœu de voir les élections se tenir en décembre prochain. « Le cap des troisièmes consultations électorales fixées en décembre prochain reste maintenu », a-t-il martelé, soulignant que son engagement à respecter la Constitution demeurait, lui aussi, non équivoque.  

Pour Joseph Kabila, il s’agit, à travers ces élections, d’honorer le sens de la lutte engagée pour la démocratie en synergie avec d’autres compagnons tombés sur le champ d’honneur, dans le but de rebâtir un pays souverain et indépendant au cœur de l’Afrique. Ceci passait inévitablement, a-t-il dit, par « la promotion des idéaux de la démocratie, du patriotisme et d’indépendance nationale » avec, à la clé, « la participation politique de tous »  pour une seule finalité, à savoir libérer les énergies positives en vue de la cohésion nationale et le développement du pays.  « Aujourd’hui, notre modèle démocratique a fait ses preuves et tous ceux qui tentaient de s’improviser en donneurs de leçons l’ont bien compris. Le Congo n’ayant jamais donné de leçon à personne, il n’est pas disposé à en recevoir dans ce domaine et surtout pas de la part de ceux qui ont assassiné la démocratie dans ce pays et ailleurs sur le continent », a lâché Joseph Kabila. Et de rappeler à ce sujet que « ce ne sont ni les accusations gratuites et infondées ni des pressions ou menaces inconsidérées encore moins des sanctions arbitraires et injustes qui détourneront les Congolais de la voie qu’ils se sont tracée eux-mêmes volontairement et librement ».

C’est pour cette raison, a-t-il ajouté, que le gouvernement a tenu à affranchir le processus électoral « des contingences de financement extérieur et, par conséquent, de chantages de tout genre afin de créer les meilleures conditions pour notre peuple de conférer la pleine légitimité à ceux et à celles qui sortiront vainqueurs de ces consultations ». Le président de la République a réaffirmé que désormais, les élections en RDC seront réellement une affaire de souveraineté et, en conséquence, entièrement financées par l’Etat congolais. « Loin de relever de la suffisance encore moins de l’arrogance, il s’agit d’une option politique responsable qui donne un sens à notre indépendance et à notre dignité nationale », a-t-il précisé. Il en appelle à la vigilance et au patriotisme des acteurs politiques, toute tendance confondue, afin que les prochaines élections, ouvertes à tous ceux qui réunissent les conditions légales d’éligibilité, soient un moment de célébration de la cohésion et de l’unité nationale de sorte que le Congo, seul, en sorte vainqueur. « Le Congo vivra à jamais comme nation libre et comme Etat souverain et indépendant », a-t-il lancé.

Faisant le bilan de son action à la tête du pays dans tous les domaines d’activités, Joseph Kabila a noté avec satisfaction les progrès réalisés grâce aux réformes courageuses engagées, « n’en déplaise à ceux qui ne voient que ce qui reste à faire et jamais ce qui a été fait ». Tous ces résultats, a-t-il dit, ont eu comme incidence, la progression de l’indice de développement humain en RDC, particulièrement depuis 2015 comme en témoigne le rapport du Pnud d’avril de cette année sur la situation économique du pays.

En dépit de ces résultats, il a reconnu qu’en termes de perspective, les conditions sociales de la population demeurent encore préoccupantes en raison du seuil important de pauvreté en milieux ruraux et semi urbains. En plus des efforts en cours, Joseph Kabila a plaidé en faveur d’une maîtrise du taux de croissance démographique par la mise en place d’une mesure courageuse de planification familiale qui permettra au pays, dans le moyen terme, d’accéder aux dividendes démographiques en vue d’une croissance intégrée de la RDC.

Le président de la République a aussi insisté sur le besoin de nouveaux investissements dans le secteur éducatif. Il en est de même de la lutte contre le chômage des jeunes qui, a-t-il déclaré, devrait se poursuivre sur le plan professionnel de manière à stimuler l’esprit d’entrepreneuriat. Joseph Kabila a également mis une emphase particulière sur la justice appelée à redorer son blason terni ainsi que sur la sécurité qui doit, dorénavant, être au centre des préoccupations en raison des convoitises extérieures dont la RDC est de plus en plus l'objet de la part des puissances étrangères.    

 

Alain Diasso

Notification: 

Non