Ebola : des jeunes Nande de Kinshasa rencontrent le directeur de cabinet du ministre de la Santé

Mardi 9 Avril 2019 - 20:06

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L'initiative visait à échanger sur la lettre ouverte que la Cojeunak avait adressée au ministère sur la gestion de l'épidémie qui sévit à Beni et Butembo, dans le Nord-Kivu.

Citant des enquêtes réalisées par ses équipes, la Coordination des jeunes Nandes habitant la ville de Kinshasa (Cojeunak) a concrètement évoqué, lors de la rencontre du 8 avril, ses préoccupations relevées dans la lettre adressée, fin mars, au ministre de la Santé publique, sur la méthode et les mesures de riposte de la maladie à virus Ebola.

Le cabinet du ministre, qui a réservé une écoute active face cette équipe de la Cojeunak, a également réagi par rapport à ces enquêtes et informations se trouvant dans cette lettre. Il s’est dit convaincu qu’il y a certaines vérités mais a aussi donné sa version des faits.

Au niveau du cabinet du ministre de la Santé, cette démarche de la Cojeunak a été saluée. Aussi un forum en partenariat avec la Cojeunak a-t-il été proposé. Cette activité prévue à Kinshasa aura, selon cette proposition, comme objectif de partager les informations sur le travail réalisé par le ministère dans le cadre de la riposte à cette épidémie ainsi que dans le contexte des autres aspects du domaine de la santé.

De leur côté, les jeunes Nande se sont dits flattés par la promptitude du ministère de la Santé publique à réagir à leur lettre ainsi que de la disponibilité à écouter leurs préoccupations. Le souhait, pour eux, reste que le gouvernement et les partenaires du domaine de la santé prennent des dispositions pratiques en vue d’éradiquer cette épidémie qui a déjà dépassé le cap de mille morts dans cette partie du pays, laissant des orphelins, des veufs et veuves, sans ressources.

Dans leur lettre, ces jeunes du Nord-Kivu ont notamment relevé certaines défaillances dans la riposte de cette maladie qui font qu’il était toujours difficile de la contenir. Parmi ces défauts, ils ont cité la faiblesse dans le plaidoyer, l'appui matériel et financier aux ONG et autres structures en vue de la sensibilisation des masses, en plus de la faiblesse sur le plan de la mobilisation sociale des associations confessionnelles et dans l’argumentaire de réplique des équipes de riposte face aux rumeurs et préjugés de la population, ainsi que la mauvaise application de la méthode de vaccination, etc.

Lucien Dianzenza

Légendes et crédits photo : 

La délégation de la Cojeunak reçue au ministère de la Santé

Notification: 

Non