Environnement : le gecko, un allié inoffensif dans les foyers ?

Jeudi 28 Mars 2019 - 19:44

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le reptile est un petit lézard avec une grosse tête par rapport au volume de son corps. Il fait son irruption dans les maisons sans être invité, rampant au quotidien les murs, se glissant dans de petits espaces béants de la maison, sillonnant les placards ainsi que la cuisine, etc.

Le gecko s’adapte à l’environnement pour coexister et proliférer dans la vie humaine. L'animal aime la chaleur, l’eau, les cachettes et bien d’autres endroits. Il se place souvent près des sources d’énergie pendant la nuit à la quête des insectes : araignées, cafards, mouches, moustiques, etc.

Le bestiole exerce son autonomie à la perte de sa queue afin d’échapper à des prédateurs. Toutefois, il la fait repousser avec des caractéristiques dégradées. Il devient un allié dans les foyers et ne cesse d’attirer la curiosité des uns et des autres, hommes, femmes et enfants.

Sa présence paraît quelque peu ennuyante bien qu’il contribue à débarasser les foyers de nombreuses espèces nuisibles à la santé. La question qui se pose ici est celle de savoir comment se débarrasser aussi de lui. Ce lézard  est-il toxique ?  Transmet-il des maladies ?  Secrète-t-il une substance qui fait mal à la peau ?  

Ce sont autant d’interrogations qui ne cessent de traverser l’esprit de tout un chacun dans les foyers, dès sa première vue sur le mur. Il serait difficile de répondre avec exactitude à toutes ces questions mais il existe quelques astuces à appliquer dans la maison pour chasser ce reptile.

La lutte contre ce lézard peut se faire par le biais des produits naturels, chimiques mais en respectant les règles d’hygiène de l’environnement. Les produits naturels utilisés pour la circonstance peuvent être les coquilles des œufs, le café ou du tabac, les gousses d’ail, les oignons ainsi que le piment de Cayenne.  

Les coquilles des œufs sont une méthode très efficace pour se débarrasser de ces reptiles. Il suffit d’assembler deux moitiés puis les laisser le long des endroits où circule le gecko. Le reptile aura peur des coquilles comme s’il était en face des prédateurs.

Une autre astuce consiste à fabriquer une boule à l’aide du café et du tabac en poudre. Cette boule qui constitue un poison pour le gecko sera placée dans ses lieux de cachette et il finira par mourir après en avoir mangé ce mélange.

L’odeur des gousses d’ail déposées près des portes, des coins des maisons, repousse le gecko et l’empêche de faire son irruption. Cette même pratique est également valable avec l’oignon.  

L'autre méthode fait appel à un mélange d’eau plus du piment dans un vaporisateur. Elle demande d’asperger la solution dans tous les lieux où circule le gecko

L’utilisation des produits chimiques fait intervenir des naphtalines dans la maison, l’installation des pièges collants qui capturent le gecko et bien d’autres insectes.

Sur le volet de l’hygiène environnementale, il est conseillé de créer un espace entre les meubles et le mur, de garder une température moyenne dans la maison. 

A la question de la toxicité du gecko, la transmission des maladies et la sécrétion d’une substance qui fait mal à la peau, le biologiste Alejandro Solorzano révèle que l’animal est inoffensif. Il se nourrit de tous types d’invertébrés, en particulier les insectes et les araignées. L’interprétation donnée à cet animal, selon lui, est fausse.

Par ailleurs, la transmission des maladies et la sécrétion d’une substance qui ferait mal à la peau est un mythe qui émane de la culture populaire de la région d’Amérique centrale, explique-t-il.

Au Congo, la tradition dans la plupart des ethnies révèle que la bestiole, une fois tombée dans la nourriture, pourrait occasionner la mort.                 

Lydie Gisèle Oko

Légendes et crédits photo : 

Le gecko / DR

Notification: 

Non