Fécofoot : le futur président envisage une recherche efficace des sponsors

Samedi 22 Septembre 2018 - 15:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Multiplier les sources de revenus de l'instance dirigeante du football national pour faire face  à certaines priorités, grâce à l’appui des partenaires, fait partie des engagements  pris par Jean Guy Blaise Mayolas, candidat unique à la présidence de cette organisation . 

Jean Guy Blaise Mayolas a dévoilé  sa vision de faire de la Fédération congolaise de football (Fécofoot) une structure financièrement stable, lors de sa conférence  de presse du 18 septembre à Brazzaville. Un engagement qui  le pousse déjà  à multiplier les stratégies pour attirer un certain nombre de sponsors à investir chez les Diables rouges. Au Congo, il y a des sociétés qui peuvent donner un coup de main à l’équipe nationale, a-t-il reconnu, regrettant qu'elles aient abandonné les charges des Diables rouges à l’Etat qui paie seul les primes des joueurs, le salaire des sélectionneurs et s'occupe d’autres priorités.

Le candidat à la présidence de la Fécofoot veut gagner le pari de la refonte et de la modernité du football national. Il a révélé à la presse que certaines fédérations en Afrique paient elles-mêmes leur sélectionneur et non l'Etat. Une pratique qui leur confère une certaine indépendance quant aux choix du sélectionneur. La Fécofoot, a-t-il dit, pourrait aussi s’engager dans cette vision. «Il y a des fédérations en Afrique qui paient les entraîneurs elles-mêmes. Ce n’est pas l’Etat. Pourquoi ne pouvons-nous pas le faire ? », s’est interrogé Jean Guy Blaise Mayolas. Ces fédérations ne le font pas par leurs propres moyens, il y a aussi l’appui des sponsors et partenaires, a-t-il précisé.

Il a expliqué que la  Fécofoot travaille déjà sur le dossier  afin de doter les Diables rouges A d’un sponsor officiel. « La première mission, c’est trouver un sponsor pour l’équipe nationale. On allait le faire pour ce mandat (2014-2018) mais cela n’a pas marché, parce que le ministre voulait imposer un seul sponsor pour toutes les équipes nationales », a commenté le candidat, avant d’ajouter :« Ce sponsor, nous allons lui faire l'obligation de payer le sélectionneur national, on peut travailler dans ce sens. »

La recherche du sponsor permettra aux Diables rouges  et à la Fécofoot de retrouver une certaine crédibilité. Il promet de règlementer aussi la vente des maillots des Diables rouges  dans les marchés de Brazzaville et ailleurs. Ce monopole, a-t-il indiqué, est detenu  par les étrangers. L’équipe nationale, selon le candidat Jean Guy Blaise Mayolas, aura désormais son maillot officiel, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. « Chez nous à Poto-Poto, les maillots de l’équipe nationale sont vendus par les Ouest-africains », a-t-il révélé.

Le défi financier ne se limite pas seulement à l’équipe nationale mais aussi aux clubs qui doivent, selon lui, avoir les moyens de leur politique. « Vous avez les équipes ici qui ont plus de 40 ans mais qui n’ont pas de siège, pas de dirigeants. Si le dirigeant quitte, il va avec ses moyens et l’équipe subit. Il faut trouver les moyens propres à l’association », a t-il souhaité.

James Golden Eloué

Légendes et crédits photo : 

Jean Guy Blaise Mayolas au centre/Adiac

Notification: 

Non