Opinion

  • Éditorial

Feux verts

Lundi 11 Décembre 2017 - 11:01

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Lentement mais sûrement, les feux rouges allumés sur notre longue route vers l'émergence par l'effondrement brutal des cours du pétrole tournent sinon au vert, du moins à l'orange. C'est en tout cas le sentiment que donnent aux observateurs de la scène congolaise divers indices, parmi lesquels figurent en bonne place la remontée progressive de ces mêmes cours sur les marchés mondiaux et, surtout, la remise en ordre des finances publiques que l'on voit se dessiner sous différentes formes.

Certes rien n'est encore véritablement joué et les oiseaux de mauvais augure continuent-ils de voler dans la sphère médiatique, mais il se pourrait que dans les semaines à venir, à l'approche donc des fêtes de cette fin d'année 2017, des signaux positifs confirment ce qui précède. L'on en saura plus lorsque les délégations du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale, présentes à Brazzaville pour mettre au point avec les autorités congolaises le plan de relance attendu par tous les Congolais, feront connaître leurs conclusions.

Mais en attendant, il est plus important que jamais de souligner que le redressement de notre économie, dans les mois à venir, dépendra pour une large part de l'engagement, ou plutôt du réengagement de la société civile en faveur du développement durable. Durement impactés par l'accumulation des dettes publiques et par l'effondrement des investissements privés qui en a résulté, les fonctionnaires, les investisseurs petits et grands, les commerçants, les consommateurs ont, comme on dit en langue populaire, "serré les boulons" au point de provoquer la crise économique générale dont chacun d'entre nous subit les effets depuis des mois. Mais si la confiance revient dans le secteur privé, le redressement sera aussi rapide que spectaculaire.

D'où l'idée que nous exprimons ici, au risque de passer pour de doux rêveurs, que l'Etat, par la voix du gouvernement, devrait expliquer de façon claire à l'opinion publique pourquoi l'année 2018 sera pour chacun l'année de la relance, du redressement, du sursaut.

Il n'est jamais trop tôt pour bien faire !

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 20/1/2018 | Néocolonialisme
▶ 19/1/2018 | Blessures
▶ 17/1/2018 | Image
▶ 16/1/2018 | Justice
▶ 15/1/2018 | Maturité
▶ 13/1/2018 | "Pays de merde ..."
▶ 12/1/2018 | Partition
▶ 9/1/2018 | Comprendre
▶ 8/1/2018 | Pédagogie
▶ 6/1/2018 | Désinformation