Opinion

  • Éditorial

Franc CFA

Jeudi 6 Avril 2017 - 18:47

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Le débat sur l'avenir du Franc CFA qui s'est déroulé hier à Brazzaville démontre, s'il en était besoin, que notre capitale devient, ou redevient, l'un des lieux privilégiés où s'échangent en toute liberté les idées sur les questions les plus stratégiques de ce temps. Il a placé le Congo au cœur d'une réflexion qui marquera d'un sceau indélébile ce début de siècle puisqu'elle concerne très directement la prise en mains par les nations africaines de l'outil monétaire qui commande pour une large part leur destin.

S'il est trop tôt pour dire quels seront les effets du dialogue entre experts qui s'est engagé dans nos murs, il ne l'est pas pour affirmer que les propos échangés sont d'ores et déjà examinés à la loupe, en Afrique comme en Europe, par les techniciens de la « chose » monétaire et plus encore par les dirigeants politiques des deux continents. Dès lors, en effet, qu'ils amorcent une remise à plat du système monétaire issu de l'ère coloniale ces propos posent clairement une série de questions fondamentales que l'on ne peut plus ignorer. Et c'est bien ce qui a été dit hier lors du débat "Franc-CFA: stop ou encore ?".

Deux grandes évolutions expliquent pourquoi  le système mis en place lorsque les peuples africains accédèrent à l'indépendance se trouve aujourd'hui mis en question: la première est la mondialisation qui modifie radicalement les relations économiques et financières entre les continents avec, notamment, l'arrivée de la Chine sur le devant de la scène; la deuxième est l'affaiblissement brutal de l'Union Européenne avec le Brexit, et peut-être demain le Frexit, qui font peser sur l'Euro de lourdes incertitudes. Le Franc CFA étant lié étroitement à l'Euro et la quasi-totalité des réserves monétaires des quatorze pays africains concernés se trouvant stockée dans les caves de la Banque de France, à Paris, la combinaison de ces deux évolutions ne peut générer à terme plus ou moins rapproché qu'une remise en question du système lui-même.

Rendons un hommage mérité à ceux et celles qui ont organisé le débat sur ces questions fondamentales. Même si cela ne plait pas à tout le monde, ils ont soulevé des questions qui appellent des réponses rapides et que plus personne ne peut se permettre d'éluder.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 21/8/2017 | Rupture
▶ 20/8/2017 | Attente
▶ 17/8/2017 | Dialogue
▶ 16/8/2017 | Raison
▶ 14/8/2017 | Défis
▶ 12/8/2017 | Joyeux anniversaire !
▶ 10/8/2017 | Bilan
▶ 9/8/2017 | Regard
▶ 8/8/2017 | Avertissement
▶ 7/8/2017 | Priorités