Front commun pour le Congo: l’adhésion de l’Ordre des médecins fait polémique

Mercredi 18 Juillet 2018 - 18:58

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’acte posé par le président de la structure, le Dr Berthier Nsadi, en signant la Charte de la plate-forme électorale du camp présidentiel, aurait causé des « frustrations » au sein de la corporation médicale, à en croire le secrétaire général du Syndicat national des médecins qui lui demande des explications.   

La sérénité n'est plus de mise au sein du Syndicat national des médecins (Synamed) depuis que le président national de l’Ordre des médecins, le Dr Berthier Nsadi, a signé, le week-end dernier, la Charte constitutive du  Front commun pour le Congo  marquant l’adhésion de la corporation à cette méga plate-forme électorale. L’Ordre des médecins était aux côtés de plusieurs autres structures de la société civile venues signer la Charte à l’instar du Conseil national des médecins du Congo et de la Fédération congolaise des personnes vivant avec handicap.

Le président de cet Ordre, le Dr Berthier Nsadi, aurait pris la liberté de signer ce document sans se référer aux membres affiliés au Synamed dont beaucoup ont été surpris de l'apprendre à travers la presse. Informés, les membres de ce syndicat n’ont pas tardé de rappeler à l’ordre leur président à qui ils ont demandé des explications par le biais d’une correspondance qu'ils lui ont adressée le 16 juillet.

Les médecins syndicalistes estiment que c’est de leur plein droit d’être tenus informés des engagements que prend leur président en leur nom, surtout lorsque ces engagements ne portent ni sur l’éthique ni sur la déontologie dont il est censé être le gardien. Ils exigent que le président de l’Ordre des médecins communique à la base les raisons qui l'ont poussé à poser cet acte.

Les syndicalistes rappellent, par ailleurs, que l’Ordre des médecins est une structure apolitique. Des frustrations ont été ressenties au niveau de la corporation médicale à la suite de cet acte posé par leur président, a reconnu le Dr Mankoy Badjoky, secrétaire général du Synamed. Il a indiqué avoir échangé à ce sujet avec l’incriminé à qui il a sollicité d’apporter des éclaircissements à cet effet.    

Alain Diasso

Notification: 

Non