Gastronomie : opération séduction de la cuisine française à travers le monde

Lundi 25 Février 2019 - 16:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Pour la cinquième fois, la France, à travers le concept « Goût de/Good France », entend faire rayonner à l’étranger l’excellence de sa table.

Goût de France_Good France 2019 , photo de groupe autour du ministre Jean-Yves le Drian et du Chef Alain Ducasse à l'issue de la conférence de presse au Ministère des Affaires étrangèresLe 21 février, le Quai d’Orsay, fief de la diplomatie française, a accueilli la conférence de presse du lancement de l’opération de grande envergure « Goût de/Good France ». Une manifestation mondialisée car, le 21 mars, cinq mille chefs et cent cinquante ambassades sur les cinq continents réaliseront un dîner français.

Pour cette cinquième année consécutive, le chef Alain Ducasse et le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves le Drian, ont mis à l'honneur l'art de vivre à la française. A leur côté, Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État français auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, et des intervenants comme la petite fille du commandant Cousteau, Alexandra Cousteau (fondatrice de No more plastic qui œuvre pour la protection des océans et la réduction de plastiques) ou encore Sang-Hoon Degeimbre, chef du restaurant L’air du temps (Liernu – Belgique), ont parlé d’universalité, de culture, de développement durable, de partage. Des valeurs bien au-delà du "repas gastronomique des français" reconnu patrimoine culturel immatériel de l'humanité par les Nations unies depuis 2010.

Pour leurs noces de bois, les intervenants, dans leurs discours successifs, ont prononcé des propos dignes de la diplomatie de table « Made in France ». Que ce soit pour Jean-Yves le Drian, Danielle Milon, représentante des Bouches-du-Rhône, le chef Alain Ducasse ou Jean-Baptiste Lemoyne, au menu principal, il s’agissait de mettre sur la carte les divers acquis de la France pour sa gastronomie, sa pâtisserie et son vin.

L’occasion aussi de rappeler que la gastronomie est un enjeu économique : tous les ans, plus d'un tiers des quatre-vingt-trois millions de touristes viennent en France pour découvrir la cuisine, le terroir et les vins, un véritable trésor national. Et un art de vivre partagé de longue date : il y a un siècle déjà, en 1912, les Dîners d’Épicure du chef Auguste Escoffier proposaient le même menu, le même jour, dans plusieurs villes du monde. « Goût de/Good France » se réapproprie cet événement disparu et propose au même moment des milliers de dîners à travers le monde, respectant certains codes propres au dîner gastronomique à la française, afin de permettre au plus grand nombre de découvrir le meilleur de la cuisine française sans forcément se rendre dans l'hexagone. 

Rendez-vous est ainsi donné le 21 mars aux gastronomes des quatre coins du monde pour découvrir les produits du terroir français, la gastronomie et le service des grandes tables françaises. D’ores et déjà, plus de cinq mille chefs se sont prêtés au jeu et ont envoyé leurs idées de menus au comité de sélection pour faire partie de l'aventure. Les inscriptions sont encore ouvertes sur le site Goût de/Good France (www.france.fr/fr/campagne/gout-france-good-france).

En Afrique, le grand chef ghanéen Kwame Amfo, du restaurant Biishville à Accra, relèvera le défi tandis qu’à Abuja, un grand dîner aux couleurs de la Provence, mise à l’honneur cette année, sera réalisé par six chefs nigérians et français diffusés en direct sous le format d’un show culinaire télévisé.

A travers le monde, cette opération est relayée par les ambassades de France. Au Congo, les meilleurs chefs de la place s’inscriront au fur et à mesure. Une liste définitive sera connue le 6 mars, a-t-on appris de la part des organisateurs. L’année dernière, à Brazzaville, trois hôtels, à savoir Africa, Pefaco Maya Maya et Radisson Blu, avaient été sélectionnés pour participer à l’événement.

En marge de l’opération « Goût de/Good France », un livre blanc à paraître le 15 mars vient appuyer cette initiative. Les premières bonnes feuilles expliquent que le monde de la gastronomie, à l’heure des dérèglements écologiques et climatiques, a un rôle fondamental à jouer.

Au carrefour des enjeux de santé, d’environnement, d’économie, de culture, d’énergie, d’éducation et de société, l’univers de la restauration doit, plus que jamais, s’inscrire dans une démarche vertueuse, durable et éco-responsable.

Un buffet géant a été dressé pour les convives à la découverte de mets et des vins de Provence.

Marie Alfred Ngoma

Légendes et crédits photo : 

Goût de France- Good France 2019 , photo de groupe autour du ministre Jean-Yves le Drian et du chef Alain Ducasse, à l'issue de la conférence de presse au ministère des Affaires étrangères / Crédit photo : Fredy Mizelet by Flam Image

Notification: 

Non