Opinion

  • Éditorial

Guerre

Vendredi 10 Mai 2019 - 13:07

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Comme nous l’avions prédit à plusieurs reprises ces derniers mois, la menace d’une guerre entre l’Iran et les Etats-Unis dans le golfe Persique s’accroît d’heure en heure. Avec, d’une part, l’arrivée imminente du puissant porte-avions américain USS Abraham Lincoln  à propulsion nucléaire et, d’autre part, la mise en place par l’Iran de missiles à courte portée tout au long de ses rives, de mini sous-marins armés de torpilles difficilement détectables et d’un essaim de vedettes suicides ultra-rapides qu’il sera très difficile d’intercepter.

Au cœur du conflit qui se concrétise  se trouve le Détroit d’Ormuz, cet étroit passage maritime qui relie le golfe Persique à la Mer d’Oman et par lequel transite près du tiers des cargaisons d’hydrocarbures de la planète. Persuadé que la puissance militaire des Etats-Unis viendra très vite à bout des armes dont dispose Téhéran, Donald Trump pense, à tort bien sûr, que les Mollahs feront marche arrière après avoir gesticulé et abandonneront la marche vers le nucléaire dans laquelle ils se sont engagés. Mais tout indique aujourd’hui que le président américain se trompe et qu’en sortant les Etats-Unis de l’accord conclu avec ces mêmes Mollahs en 2015 par les membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, il a ouvert une boîte de Pandore qui n’est pas près de se refermer.

La guerre entre l’Iran et les Etats-Unis se précisant, il importe au plus haut point d’en examiner par avance les conséquences pour le Proche et le Moyen-Orient, mais aussi pour l’Europe, l’Asie et, bien sûr, l’Afrique. La rupture, possible sinon probable, de l’acheminement des cargaisons du golfe vers les côtes européennes et asiatiques provoquera, en effet, un tsunami économique et financier planétaire dont personne, apparemment, ne mesure ou ne veut mesurer la portée. Et ce tsunami profitera d’abord à l’Afrique, tout particulièrement au golfe de Guinée qui détient d’importants gisements de pétrole et de gaz, dont l’accès est aisé grâce à l’océan qui le borde et aux ports en eau profonde qui jalonnent ses côtes, qui est aussi en perspective le marché le plus prometteur de la Terre.

Si le conflit qui oppose l’Iran et les Etats-Unis se précise dans les heures et les jours à venir, nous assisterons à une hausse vertigineuse des cours du pétrole et du gaz sur les marchés mondiaux, mais aussi à un bouleversement de l’équilibre stratégique dont nous tirerons un grand profit, nous Africains.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 15/9/2019 | Appels perdus
▶ 13/9/2019 | Start-up
▶ 13/9/2019 | Education
▶ 12/9/2019 | Volonté
▶ 11/9/2019 | Investir
▶ 10/9/2019 | Regards
▶ 9/9/2019 | Réputations
▶ 6/9/2019 | Bilan
▶ 5/9/2019 | Faire avec
▶ 4/9/2019 | Nature