Opinion

  • Éditorial

Havre de paix

Vendredi 13 Octobre 2017 - 10:41

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Alors que la tension grandit en République Démocratique du Congo et en Centrafrique il n'est pas inutile de rappeler à ceux qui seraient tentés de l'oublier que la République du Congo, notre Congo, est un havre de paix dans une région du monde que dévastent, ou menacent les pires violences. Même si une partie du département du Pool n'a pas encore réussi à désarmer tous les jeunes que le "Pasteur Ntoumi" a embrigadés dans le seul but de freiner sa propre déchéance nous vivons dans un environnement apaisé où chacun peut vaquer à ses occupations sans courir le risque d'être tué par des "fous de dieu" ou agressé par des "milices ethniques".

Pourquoi ce rappel qui relève du simple bon sens ? Tout simplement parce que la communauté internationale, qui commence à s'émouvoir enfin sérieusement des dérives dont les Centrafricains et nos frères Congolais de l'autre rive sont victimes, ferait bien de nous aider mieux qu'elle ne le fait dans la recherche de solutions pérennes aux difficultés financières que nous affrontons. Des difficultés qui, soit dit en passant, sont nées de l'effondrement brutal des cours de l'"or noir" sur les marchés mondiaux et non de la mauvaise gouvernance interne même si celle-ci n'est pas exempte de faiblesses.

Alors que se discutent  dans les  couloirs  des institutions  de  Bretton  Woods - Fonds Monétaire International et Banque Mondiale - les conditions de l'aide que celles-ci nous apporteront pour aider à l'assainissement de nos finances publiques il est juste de rappeler que le Congo, ayant su résoudre seul les terribles problèmes que la violence ethnique avait générés en son sein, s'emploie à aider ses voisins à surmonter leurs propres divisions internes. Et que, de ce fait, il mérite plus qu'une simple analyse de ses comptes publics, des déficits structurels qui les plombent, des dettes qui s'accumulent dans ses livres, des faiblesses de sa gouvernance, bref des problèmes qu'il lui faut résoudre rapidement afin de reprendre sa longue marche vers l'émergence.

S'il est vrai que l'Etat et le Gouvernement doivent s'employer à accélérer le mouvement qui permettra d'assainir leurs finances il l'est tout autant que la communauté internationale doit, de son côté, prendre la juste mesure de l'aide que nous lui apportons dans sa quête de la paix.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 19/10/2017 | Moteur
▶ 18/10/2017 | Forces négatives
▶ 16/10/2017 | Admettons …
▶ 16/10/2017 | Ignobles !
▶ 13/10/2017 | Havre de paix
▶ 12/10/2017 | Tensions
▶ 12/10/2017 | Pardonner
▶ 11/10/2017 | Réconcilier
▶ 9/10/2017 | Relais
▶ 5/10/2017 | Clarté