Opinion

  • Éditorial

Inquiétante !

Lundi 5 Mars 2018 - 19:47

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Oui, inquiétante à tous égards est  la réapparition sur la scène politique européenne des mouvements dits « d’extrême-droite » qui, lentement mais sûrement, s’emparent du pouvoir dans différentes capitales en profitant notamment du trouble profond que crée l’afflux incontrôlé et incontrôlable des migrants vers le Vieux continent. Jusqu’alors limité aux pays de l’Est européen, le mouvement s’étend désormais jusqu’au cœur de l’Union comme vient de le démontrer le scrutin qui s’est déroulé dimanche en Italie et qui menace de plonger ce pays dans une crise institutionnelle de grande ampleur puisque, désormais, il n’a plus de majorité parlementaire.

Ce que ne comprend toujours pas l’opinion publique européenne et qui explique la poussée présente des mouvements de droite, c’est que l’Europe est très largement responsable de l’afflux présent des migrants vers ses côtes méditerranéennes : responsable, d’abord, en raison des erreurs stratégiques qu’elle a commises ou a laissé commettre en Afghanistan, en Irak, en Syrie, en Palestine, au Yémen, en Libye et qui ont provoqué des déplacements de populations massives ; mais responsable surtout par la mise en coupe réglée du continent africain qu’elle a menée dans les siècles précédents et qui sont à l’origine directe du retard économique, social qui pousse aujourd’hui des centaines de milliers, des millions d’hommes, de femmes et d’enfants à quitter leur pays dans le Sud pour se réfugier dans le faux  eldorado européen.

Si les grandes nations européennes – l 'Allemagne, la France, l’Angleterre – qui n’ont pas encore cédé à la tentation du repli sur soi prôné par les partis de droite veulent échapper au processus qui les guette, elles doivent s’attaquer résolument à la racine du mal. Autrement dit rendre aux peuples du Sud ce qu’elles leur ont pris dans les siècles précédents et participer infiniment plus qu’elles ne le font présentement au progrès économique et social qui seul dissuadera les populations du Sud de migrer vers le Nord au péril de leur vie.

Pour dire les choses de façon encore plus claire, l’Union européenne ne combattra les mauvais démons qui tendent de s’emparer d’elle aujourd’hui que si elle met sur pied un programme d’aide au développement digne de ce nom. On en est encore très, très loin !

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 13/12/2018 | Réconciliation
▶ 13/12/2018 | Cadeaux
▶ 13/12/2018 | Dix jours
▶ 12/12/2018 | Routes
▶ 11/12/2018 | Intégration
▶ 9/12/2018 | Hygiène
▶ 7/12/2018 | Moeurs
▶ 7/12/2018 | Liste
▶ 6/12/2018 | Implication
▶ 5/12/2018 | Survie