Opinion

  • Éditorial

Inquiétude

Jeudi 13 Septembre 2018 - 12:03

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Plus les jours passent, plus l’inquiétude grandit au sein de la communauté internationale concernant la tenue, le 23 décembre prochain, de l’élection présidentielle, des élections législatives nationales et provinciales chez notre sœur la République démocratique du Congo (RDC). Exprimée publiquement une nouvelle fois au début de cette semaine par la Conférence épiscopale nationale du Congo, cette inquiétude est fondée sur des constats précis qui portent tout à la fois sur la mauvaise préparation matérielle du scrutin et sur les tensions politiques qui l’accompagnent. Elle ne relève pas du fantasme comme certains l’affirment à Kinshasa mais bien de la réalité.

Si la communauté internationale dans son ensemble et pas seulement l’Eglise catholique s’émeuvent de ce qu’il pourrait advenir sur la rive gauche du fleuve Congo  dans les trois prochains mois, c’est pour une raison aussi simple qu’évidente : placé au cœur du Bassin du Congo dont il occupe plus du tiers de la surface, faisant vivre près de cent millions d’êtres humains, gangrené dans plusieurs de ses provinces – en particulier les deux Kivu – par des tensions ethniques et religieuses qui se cessent de s’aggraver, le Congo démocratique peut, à la faveur des prochains scrutins, basculer dans un désordre institutionnel dont le pire sortirait à coup sûr. Le pire, c’est-à-dire des centaines de milliers, voire même des millions de morts innocents et la descente aux enfers d’une bonne partie de cet immense territoire situé au cœur de l’Afrique.

Le président sortant, Joseph Kabila, l’ayant compris a fini, au terme d’une longue réflexion, par confirmer raisonnablement sa non-candidature lors de l’élection présidentielle, mais l’Etat congolais n’a pas su visiblement mettre en place les dispositifs administratifs et techniques qui permettraient la bonne tenue des trois scrutins simultanés. Si bien que tout semble indiquer dans le moment présent, hélas !, que ceux-ci seront inévitablement marqués par des défaillances dont l’accumulation risque de provoquer un soulèvement populaire générateur lui-même de violences extrêmes. D’où l’inquiétude qui gagne la communauté internationale et que nous pensons nécessaire de souligner ici aujourd’hui.

Ce que chacun de nous doit avoir présent à l’esprit, c’est que le drame qui pourrait se produire  en RDC dans les mois à venir aurait inévitablement de lourdes conséquences pour l’ensemble du Bassin du Congo. Mieux vaut le savoir et s’y préparer même si le pire n’est jamais certain.

 

 

 

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 21/9/2018 | Application
▶ 21/9/2018 | Tensions
▶ 20/9/2018 | Fiabilité
▶ 18/9/2018 | Pauvre Alain !
▶ 15/9/2018 | Vues de …
▶ 13/9/2018 | Inquiétude
▶ 12/9/2018 | Antivaleurs
▶ 11/9/2018 | Enseignements
▶ 10/9/2018 | Roman
▶ 7/9/2018 | Jeunes et alcool