Opinion

  • Éditorial

Intégration

Mardi 11 Décembre 2018 - 10:49

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Les réunions qui se succèdent ces temps-ci dans le cadre de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (Cirgl) démontrent non seulement que les gouvernants des onze pays de cette communauté régionale (1) ont conscience de la nécessité de coordonner leurs actions dans la recherche d’une paix durable, mais aussi que cette volonté ne relève plus du simple discours et qu’elle concerne l’action concrète. Même si l’on ne saurait en tirer la conclusion que l’Afrique centrale parle désormais d’une seule et même voix, il paraît évident qu’un grand pas en avant est sur le point d’être franchi dans le bon sens qui est celui de l’intégration régionale.

Alors que le Bassin du Congo se trouve confronté à de fortes tensions politiques, économiques et sociales, en République démocratique du Congo et en République centrafricaine notamment, le message ainsi envoyé à la communauté internationale est un message fort. Transmis par les plus hauts dirigeants de la Cirgl mais aussi par les élus des onze pays qui viennent de se réunir à Brazzaville et ont élu Isidore Mvouba, président de notre Assemblée nationale, à la tête du parlement de la communauté, il témoigne d’une volonté affirmée d’attaquer de front les problèmes dont dépend l’avenir de cette partie du monde : la sécurité bien sûr mais également la lutte contre le sous-développement, contre l’exploitation illégale des ressources naturelles du Bassin du Congo, pour la formation des nouvelles générations.

Rappelons à ceux qui l’auraient oublié qu’en 1997, il y a donc vingt-et-un ans et alors qu’il venait tout juste de regagner notre pays, le président Denis Sassou N'Guesso avait publié dans la plus ancienne revue européenne, La Revue des Deux Mondes, une étude dans laquelle il dessinait le mouvement qui s’organise aujourd’hui sous nos yeux : autrement dit la mise en commun des moyens de toute nature qui permettront au Bassin du Congo et à la région des Grands Lacs de franchir les obstacles élevés sur leur route à l’époque coloniale. Une projection dans l’avenir dont la concrétisation permettrait le bond en avant attendu, espéré par tous les peuples de cette partie de l’Afrique.

N’allons pas jusqu’à écrire que cette bataille décisive est d’ores et déjà gagnée mais soyons conscients qu’elle prend aujourd’hui une bonne tournure.

 

  1. Angola, Burundi, République centrafricaine, République du Congo, République démocratique du Congo, Kenya, Ouganda, Rwanda, Soudan, Tanzanie, Zambie.
Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 19/3/2019 | Avertissement
▶ 18/3/2019 | Compétition
▶ 15/3/2019 | Leçons
▶ 14/3/2019 | Liberté !
▶ 14/3/2019 | Merci !
▶ 13/3/2019 | Odzala
▶ 12/3/2019 | Impressionnante
▶ 11/3/2019 | Alerte
▶ 8/3/2019 | Pacte
▶ 7/3/2019 | 8 mars