Lire ou relire : "Cette autre famille"

Jeudi 8 Novembre 2018 - 21:07

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Dans une société congolaise où les valeurs s’acquièrent désormais à travers les séries de Novelas, le roman du général Claude Eta-Onka tombe à pic. Il présente une fresque sociale où fraternité et humanisme sont loin d’être de simples idéaux.

 Les exploits du jeune volleyeur Jojo lui permettent de se faire une seconde famille parmi ses admirateurs à Brazzaville. L’écolier Jojo, en effet, part de Mvouti pour les études à Brazzaville où il pratique aussi le volley-ball. Jeff, l’ami de son oncle maternel, le découvre sur l’aire de jeu. Il l’adopte en l’accueillant dans sa famille, les Taty. Entre-temps, l’admission au baccalauréat donne la possibilité au nouvel étudiant d’obtenir une bourse d’études pour le pays des Soviets. Il part ainsi pour l’URSS. Après trois ans d’absence, le jeune athlète arrive de l’URSS pour une période de vacances de six semaines à Brazzaville.

L’accueil est chaleureux à l’aéroport Maya-Maya. Jojo fait le tour de la ville avec Alice, sa copine, à bord d’une voiture conduite par son bienfaiteur Jeff. Il passe tout son temps dans les lieux de jouissance. Par ailleurs, le retour du héros en Europe de l’est demeure imminent. Et Jeff profite de l’occasion pour célébrer les fiançailles de son idole avec Alice.

En outre, Mme Taty, affectée par la mort de son fils Gil deux mois avant, meurt à son tour. Jojo apprend cette double tragédie dans la grise européenne. Et il entreprend à envoyer des lettres pour consoler son père de substitution, Taty dit Jeff.

A la fin de sa formation, il rentre définitivement à Brazzaville avec un brevet de technicien supérieur option laborantin de biochimie. Son intégration à la Fonction publique se fait après trois mois d’attente. Dès lors, aidé à cinquante pour cent par Jeff, Jojo se marie enfin avec Alice après avoir eu deux gosses au préalable. L’œuvre du général Claude Eta-Onka mérite d’être immortalisée de par la thématique de l’accueil convivial qui prévaut en Afrique.

Aubin Banzouzi

Légendes et crédits photo : 

Couverture du livre

Notification: 

Non