Littérature : Edouard Kali-Tchikati signe « Sodou, le bébé de la décharge publique »,

Mardi 18 Avril 2017 - 17:41

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Paru aux éditions Edilivre, ce roman de 162 pages interpelle le lecteur sur les voies du succès, les biens matériels, l’orgueil, l’humilité et le sens de la vie. L'auteur denonce le comportement inhumain d'une jeune mère qui a abandonné son bébé dans une décharge publique.

L’auteur relate l’histoire d’une femme nommée Mpassi, qui a été chassée du toît conjugal par sa belle-famille après la mort de son mari. Elle se retrouve dans la rue avec ses trois enfants et, trouve finalement un logement de fortune dans un quartier insalubre et à la merci des inondations.

Cette condition misérable pousse tous ses enfants à abandonner leurs études. Les deux garçons fuient la misère en allant vivre ailleurs. Peu après, la fille, Koun Touek, trop malheureuse, suit aussi le même chemin tout en foulant au pied les conseils de sa génitrice.  La jeune fille décide alors de mener une vraie vie, partage désormais le lit avec les hommes riches. Elle fait le tour du monde aux frais de ces derniers.

 Au passage, Koun Touek n’hésite pas à se blanchir la peau et à retoucher toute partie de son corps qui risquerait de l’empêcher d’attirer les hommes possédant l’argent et le pouvoir. C’est alors qu’une grossesse s’interpose entre elle et sa nouvelle vie.

 Elle abandonne en toute clandestinité l’enfant qu’elle a mis au monde dans une décharge publique. Cette décharge est l’une des plus grandes de la ville où les mouches, les animaux  et toutes sortes de bestioles errent et trouvent domicile.  C’est dans ce répugnant décor que Koun Touek, la grande star dépose son bébé qu’elle n’a pas voulu garder.

 Moïse Dieudonnée Sodou est le nom du bébé innocent, mais victime de la méchanceté des humains. À peine conçu; il est déjà incriminé et détesté. A  peine né il et déjà rejeté et abandonné,  considéré comme un simple déchet. Toutefois, il a bravé le désastre, a grandi et s’est élevé jusqu’à devenir professeur en médecine.

Auteur de plusieurs ouvrages, Edouard Kali-Tchikati est de nationalité congolaise, ingénieur des Eaux et forêts, spécialiste en aquaculture. Il est pasteur dans une communauté évangélique de Brazzaville.

Rosalie Bindika

Légendes et crédits photo : 

Notification: 

Non