Littérature : l’ouvrage « Ecouter la voix du sage » de Rosy Fulhor Nkouka chez l’harmattan

Mardi 11 Décembre 2018 - 17:03

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le recueil contient plus d’une trentaine de contes qui ont pour objectif commun d'interpeller et d’inviter le lecteur à prendre conscience pour son instruction.

 Dans l'un des contes, le tout premier, l’auteur parle d’une folle qui passe de boutique en boutique avec sa fille au dos. A l'occasion de la fête de Noël, chacun cherche à satisfaire son ou ses enfants. Elle également fait la ronde des boutiques pour avoir de quoi manger, voulant que la fête de Noël soit belle pour sa précieuse fille qui a environ 3 ans.

 Dans chaque boutique, les gens n’hésitent pas à lui donner quelque chose car, beaucoup se soucient de cette petite enfant qui n’a pour seule parente qu’une mère folle.  La dame entre dans l’une des grandes boutiques du marché, rencontre une belle dame, qui a aussi un enfant au dos d'à peu près l’âge de sa fille.  

Admirant et contemplant longuement l’enfant de la belle dame, elle se mit debout à côté de celle-ci dans l’espoir de recevoir d’elle quelque chose. La fille de la folle donne un morceau de biscuit au fils de la belle dame, qui n’est autre que la femme du ministre. L’enfant du ministre accepte avec joie le biscuit de sa nouvelle amie.

Mais quand la femme du ministre se rend compte que son prince a un morceau de biscuit, elle s’étonne et lui pose la question. Où as-tu eu ce biscuit ? lui demande-t-elle. C’est mon amie qui me l’a donné. Où est-il, ton bel ami ? réplique la mère. La voilà, répond le petit prince. La mère se retourne, ne voyant pas de beaux petits enfants, demande de nouveau son enfant, où ? La voilà au dos de sa mère, fit le petit prince. Elle crie, merde ! avant d’appeler son garde du coup à qui elle dit « jetez moi cette folle dehors merde !».

Elle sort de la boutique, direction l’hôpital, escortée par un motard. Panique totale! A l’hôpital, tout le corps médical est alerté et attend le petit prince. La femme du ministre demande qu’on fasse à son fils un bilan complet de santé, un médecin généraliste l’examine, pose son stéthoscope pour ausculter ses poumons. « Apparemment, l’enfant n’a rien de grave... » dit-il.

La dame demande qu’on le change. Un autre médecin arrive qui exige un bilan médical pour l'enfant jusqu'au test  du VIH/sida. Elle se fâche de plus bel et lui répond: « Le sida se transmet –il en mangeant quelque chose ? ». Pour la dame, le médecin vient de commettre une grosse erreur médicale puis, ajoute: « Mon enfant est un bébé, il n’a jamais connu des femmes. Comment aurait-il alors contracté le VIH ? ».

Un troisième médecin arrive, celui-ci ne change et n’ajoute rien sinon la plus grande décision de tous, le petit prince ne devait plus rien manger ce jour pour permettre l’élimination rapide de toxines supposées avoir été ingérées.

Un autre conte est celui de La prostituée et le prêtre.  Dans une paroisse, un prêtre zélé, est très proche de ses fidèles. Il écoute tout le monde et les gens l’ont surnommé le bon berger. Une seule femme attire son attention car, elle est présente tous les jours à la messe, s’assoit toujours au premier banc, paye toujours sa dîme et les deniers du culte.

Elle est un exemple pour le prêtre qui, dans ses prédications, ne cesse de la citer comme un bel exemple.  Cette femme apporte après la messe tout l’argent de sa prostitution et dit au prêtre: « Ceci est l’argent de ma prostitution. J’ai décidé de changer, alors je me sépare de cet argent souillé, mes cinq enfants doivent chacun se débrouiller maintenant et moi, je consacrerai entièrement ma vie à Dieu ».

Deux jours seulement passèrent sans qu’elle ne mange vraiment bien, elle repart voir le prêtre...

Rosy Fulhor Nkouka est né en République du Congo. Infirmier diplômé d’Etat, il est généraliste en service au Centre hospitalier universitaire de Brazzaville. L’auteur s’inspire de la vie quotidienne.

Rosalie Bindika

Légendes et crédits photo : 

Photo : La couverture du recueil

Notification: 

Non