Médias : des pigistes de la communication réclament leur intégration à la Fonction publique

Mardi 22 Mai 2018 - 16:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

De nombreux jeunes exerçant bénévolement dans les médias publics ont manifesté, le 22 mai à Brazzaville, pour exiger la publication du quota de leur recrutement.

Issus, pour la plupart, de Télé et Radio-Congo, Radio-Brazza, Agence congolaise d’information et la Nouvelle République, les  pigistes et décisionnaires de la communication fustigent le comportement du gouvernement qui ne réalise pas, selon eux, ses promesses. En effet, après plusieurs procédures et tentatives de rencontrer le vice-Premier ministre, en charge de la Fonction publique et de la réforme de l’Etat, le collectif des journalistes stagiaires des médias a décidé d’organiser une série de sit-in jusqu’à ce que leurs doléances soient prises en compte.

« Nous avons commencé les démarches depuis plusieurs années avec le ministère de la Fonction publique, avant que cela ne se transforme en vice- Primature. Depuis ce temps, on nous disait qu’il n’y avait pas de recrutement, curieusement, il y a une note que le gouvernement a publiée, autorisant le recrutement dans sept ministères. C’est une injustice sociale qui doit être résolue », a déclaré le président du collectif, Régis Assoula, évoluant à Télé-Congo.

Nombreux d’entre eux travaillent dans ces médias depuis plus de dix ans et contribuent activement à leur bon fonctionnement. Pour ces journalistes, cette situation préoccupante ne devrait pas arriver à ce stade, du fait que le vice-Premier ministre, en charge de ces dossiers, est un journaliste de formation. Il devrait de ce fait, selon eux, comprendre facilement leur cri du cœur car ils servent depuis longtemps et gratuitement la nation congolaise.

Mécontent de la non-considération des agents du ministère de la Communication et des médias, Severin Ngambaye, journaliste stagiaire à Radio-Brazza depuis 2012, pense qu’il est difficile de supporter ce statut au moment où ils sont en majorité des chefs de famille et des locataires pour certains. « Nous travaillons au même titre que les journalistes titulaires, nous subissons les mêmes sanctions mais la différence financière fait défaut. Nous sommes conscients que le pays traverse un moment difficile sur le plan financier, c’est pourquoi nous revendiquons notre intégration par quota. Malheureusement, l’Etat fait la politique de deux poids, deux mesures », a-t-il signifié.

Notons qu’après deux heures de sit-in devant le ministère de la Fonction publique, les manifestants ont été reçus par le vice-Premier ministre, Firmin Ayessa, qui leur a promis un recrutement effectif dans les tout prochains jours. Au départ, cette manifestation qui fait suite à la publication de la note de recrutement spécial 2018 par le gouvernement sans prendre en compte les pigistes du ministère de la Communication a été dispersée par les agents de la force de l'ordre.                                         

Rude Ngoma, stagiaire

Légendes et crédits photo : 

Les manifestants devant le ministère de la Fonction publique/Adiac

Notification: 

Non