Opinion

  • Éditorial

Mise au point

Samedi 13 Avril 2019 - 19:01

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Que les faits dont nous rendons compte chaque jour dans les colonnes de nos deux quotidiens, Les Dépêches de Brazzaville et Le Courrier de Kinshasa, ne plaisent pas à tout le monde n’a rien de très surprenant. Observant à la loupe ce qui se passe chez nous et ailleurs, nous avons pour mission de relater avec précision et objectivité ce que nous voyons dans les domaines les plus divers, de la politique à l’international, de l’économique au social, de la culture au sport et aux autres activités humaines. Nos lecteurs peuvent en témoigner : nous veillons à respecter les règles contraignantes de l’objectivité, du professionnalisme.

Il va de soi que cette narration scrupuleuse de la réalité provoque de temps à autre l’ire de l’un ou l’une des acteurs de la scène publique, ce qui nous vaut des remarques acerbes, pour ne pas dire des insultes. A celles et ceux qui sont tentés de recourir sinon à la menace du moins à l’agressivité verbale parce que nous avons relaté des faits avérés, nous rappelons donc ici et maintenant, comme nous l’avons fait à maintes reprises depuis la naissance de nos médias, qu’ils peuvent user du droit de réponse figurant en bonne place dans la déontologie de notre profession. Dès lors qu’ils avanceront des arguments précis et cohérents, fondés sur des faits concrets, prouvés, indiscutables, ils bénéficieront pleinement de ce droit dans les colonnes de nos journaux. Et si nous avons commis des erreurs, nous les reconnaîtrons publiquement à travers une mise au point ou un rectificatif bien visible dans ces mêmes colonnes.

La mission que nous nous sommes assignée dès la création de notre groupe de presse et dont tous nos journalistes sont imprégnés est celle de rendre compte des faits qui marquent l’actualité sans les déformer ou les travestir. Elle est d’autant plus importante, stratégique même, que la déferlante des « fake news », autrement dit des fausses nouvelles qui accompagne la révolution numérique et digitale en ce  début de millénaire porte en elle une menace vitale pour toutes les sociétés de la planète. Quitte à passer pour de doux rêveurs, nous sommes intimement convaincus que la presse, qu’elle soit écrite ou audiovisuelle, constitue le plus sûr des garde-fous contre de telles dérives.

D’où la présente mise au point qui vise simplement à confirmer que nous sommes pleinement conscients des responsabilités qui sont les nôtres.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 25/6/2019 | Sécurité
▶ 22/6/2019 | Absence signalée
▶ 21/6/2019 | Vieillissement
▶ 20/6/2019 | Kermess
▶ 20/6/2019 | Bond
▶ 19/6/2019 | Grâce
▶ 18/6/2019 | Cohésion
▶ 17/6/2019 | Amusant !
▶ 14/6/2019 | Merci, Fred !
▶ 13/6/2019 | Solidarité