Opinion

  • Éditorial

Modernité

Lundi 9 Janvier 2017 - 9:39

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Parmi les problèmes que la classe politique congolaise va devoir résoudre dans les mois à venir figure en bonne place l'adaptation de ses structures, de ses actions, de ses emblèmes, de ses slogans à la société du temps présent. Rien, en effet, ne serait plus dangereux, pour les partis de la majorité comme pour ceux de l'opposition que de maintenir les marqueurs pour le moins ringards qui sont les leurs aujourd'hui et qui en projettent une image vieillotte, pour ne pas dire carrément rétrograde.

Ce que doivent comprendre les instances dirigeantes des partis qui s'affronteront lors des élections législatives, sénatoriales et locales de cette année 2017 c'est que l'électeur et l'électrice du temps présent ne ressemblent plus guère à celui et celle qui déposaient leurs bulletins dans l'urne dans les années quatre-vingt ou quatre-vingt-dix du siècle précédent. Ayant un accès continu à la télévision et à la radio, échangeant de façon constante sur les réseaux sociaux à l'échelle planétaire, les uns comme les autres ne peuvent se satisfaire des slogans et des images que diffusaient les acteurs de la scène politique il y a dix ou vingt ans.

Un tel propos, nous en avons bien conscience, ne peut que choquer, révolter même les partis traditionnels qui croient les convictions et le comportement des citoyens immuables. Mais si leurs dirigeants prennent tant soit peu de recul par rapport à l'actualité immédiate et surtout s'ils observent avec attention ce qui se passe partout dans le monde démocratique, ils conviendront que nous formulons ici et maintenant une remarque de simple bon sens. Et ils en tireront les conséquences, si ce n'est déjà fait dans leur for intérieur.

Alors que notre pays se prépare à renouveler ses institutions parlementaires et ses collectivités locales dans le cadre de la Nouvelle République la modernité devient une exigence majeure pour les partis politiques. Que cela leur plaise ou non, que cela leur convienne ou pas cette évolution commandera pour une large part le comportement des électeurs lors des prochains scrutins et c'est pourquoi il importe de la prendre sans plus tarder en considération.

La tâche, il est vrai, n'est pas facile, mais ceux qui s'y attelleront avec succès gagneront à coup sûr les batailles politiques qui approchent.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 23/3/2017 | Préparation
▶ 22/3/2017 | Convergence
▶ 22/3/2017 | Pavillon Afrique
▶ 20/3/2017 | Education
▶ 18/3/2017 | Influence
▶ 16/3/2017 | Progrès
▶ 15/3/2017 | Signal
▶ 14/3/2017 | Inquiétude
▶ 13/3/2017 | N’Gol’Odoua
▶ 11/3/2017 | L’après Ouesso