Opinion

  • Éditorial

Moscou

Mardi 21 Mai 2019 - 14:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Le moins que l'on puisse dire est que les Congolais, et pas seulement eux, suivront de très près les différentes étapes de la visite officielle que le président Denis Sassou N'Guesso commence aujourd'hui en Russie: d'abord parce que les relations entre nos deux pays ont toujours été étroites et amicales; ensuite parce que la Russie de Vladimir Poutine est convaincue à juste titre qu'il lui faut resserrer ses liens avec l'Afrique en général, l'Afrique centrale en particulier; enfin parce que le Congo, qui sort d'une longue et grave crise financière, doit nouer ou renouer des partenariats avec les Grands de ce monde afin d'accélérer le plus possible sa marche vers le développement durable.

A quelques mois du Sommet Afrique-Russie qui se tiendra à Sotchi, la visite qu'effectue à Moscou le chef de l'Etat n'aura pas seulement pour objet de développer les relations entre le Congo et la Russie dans les domaines les plus divers. Elle permettra aussi à leurs plus hautes autorités d'échanger sur les questions stratégiques dont dépend la stabilité du monde présent: la sécurité de l'Afrique et la lutte contre les extrémismes en tous genres qui la menacent; la mise en valeur des immenses ressources naturelles que détient le continent et la poursuite des grands travaux d'infrastructure qui permettront de l'accélérer; l'adaptation de la gouvernance mondiale aux réalités du temps présent, avec notamment la prise en compte du poids humain de l'Afrique; l'enjeu majeur que constitue pour l'humanité la lutte contre le dérèglement climatique et la protection de la nature.

Porteur d'un message fort à l'égard des grandes puissances qui est la nécessité, pour chacune d'elles de contribuer à l'émergence de l'Afrique sans pour autant s'affronter sur le terrain économique au risque de déstabiliser des régions entières du continent, Denis Sassou N'Guesso sera, n'en doutons pas, écouté à Moscou avec la plus grande attention. Président en exercice de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs et médiateur dans plusieurs des crises - la Libye, la Centrafrique, la RDC -  qui ont affecté le continent ces dernières décennies, il est, en effet, habilité à parler au nom des peuples du Bassin du Congo.

Visite à suivre donc de très près.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 15/9/2019 | Appels perdus
▶ 13/9/2019 | Start-up
▶ 13/9/2019 | Education
▶ 12/9/2019 | Volonté
▶ 11/9/2019 | Investir
▶ 10/9/2019 | Regards
▶ 9/9/2019 | Réputations
▶ 6/9/2019 | Bilan
▶ 5/9/2019 | Faire avec
▶ 4/9/2019 | Nature