Musique : Jain, de Pointe-Noire aux Victoires de la musique

Jeudi 7 Février 2019 - 21:27

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Hier adolescente dans la capitale économique du Congo où elle a débuté sa carrière, la chanteuse française est  en lice pour une nouvelle victoire. Retour sur son étonnant parcours.

La cérémonie des 34es Victoires de la musique récompensera, ce 8 février, les meilleurs artistes de l’année produits en France. L’événement, diffusé en direct sur la chaîne France 2, rappellera quelques bons souvenirs aux Ponténégrins à l’évocation du nom de Geogio, nommé pour la deuxième fois de sa jeune carrière dans la catégorie meilleur album rap, qui s’était produit en 2017 sur les scènes de l’Espace culturel Continental et de l’Institut français du Congo à Pointe-Noire. Dans cette catégorie, l’album "XX5" du rappeur parisien sera en compétition avec l’album "Lythopédion"  du Belgo-Congolais  Damso, né à Kinshasa, également en lice dans la catégorie  meilleure création audiovisuelle pour son duo avec Orelsan dans le clip "Rêves bizarres". C’est dans cette même catégorie qu’apparaît le nom de Jain pour son clip "Alright", tourné à Barcelone et extrait de l’album "Souldiers", chanson  qu’elle dit avoir écrite comme un hymne à l’indépendance, à la liberté féminine. 

Des percussions arabes à la batterie électronique

On se souviendra que c’est à Pointe-Noire que la carrière de Jain, chanteuse française née à Toulouse et qui a fêté, le 7 février, son 27e anniversaire, va éclore. Son père, Paul Galice, est alors responsable des achats à Total, un poste qu’il a occupé pendant quatre années, de septembre 2005 à septembre 2009. Après avoir suivi à l’âge de 9 ans ses parents à Dubaï où elle s’initie aux percussions arabes, Jain, de son vrai nom Jeanne Louise Galice, découvre la ville océane et fréquente  assidûment le collège puis le lycée français Charlemagne. Si sa mère d’origine malgache lui fait découvrir la musique africaine à travers des artistes comme Youssou N’Dour, Oumou Sangaré ou encore Myriam Makeba, la petite Jeanne garde cependant un penchant pour la musique pop et, après les cours, n’a de cesse à apprendre la batterie électronique.

"Mon âme est africaine"

Cette jeune adolescente, fille d’expatriés, se sent malgré tout déracinée dans ce Congo Brazzaville qui deviendra son pays de cœur et, encouragée par sa grande sœur qui joue de la guitare, brûle d’une envie de s’exprimer à travers le chant.  À 16 ans, Jain  fait la rencontre de Gilles Bousquet, plus connu sous le nom de Mister Flash. Ce beatmaker travaille avec des rappeurs locaux dans une petite maison en bois près de la Côte Sauvage et c’est lui qui va initier Jain à la musique assistée par ordinateur  et enregistrer ses premières maquettes. Repérée par Dready (son actuel manager) et par le producteur Yodelice sur le site myspace.com où elle met en ligne ses premières chansons, Jain va faire un bond fulgurant dans sa carrière. Si dans "Come", l’un de ses premiers titres écrits à Pointe-Noire, la jeune interprète dit en anglais  que « son âme est africaine », elle évoque de façon très explicite cette période congolaise dans le titre "Flash" : « We were the only ones back in a Congo town to feel this magical sound, down into our souls, between my classes, after my classes, in this wooden house ».

Une jeune carrière riche de récompenses

Le succès en 2015 de sa chanson  "Makeba", sous forme de clin d’œil à la chanteuse sud-africaine, va lancer véritablement sa carrière. Aujourd’hui, la petite lycéenne de Ponton la Belle est devenue star et collectionne les récompenses : Victoire de la musique révélation pour son album "Zanaka" en 2016, MTV Europe music Awards la même année en tant que meilleure artiste française, NRJ Awards en 2016, 2017, 2018, Grammy Awards pour son clip "Makeba" en 2018… Pour Jain qui a choisi son nom de scène en référence à une citation religieuse du Jaïnisme «  Ne sois pas désolée si tu perds, ne deviens pas fière si tu gagnes », son succès gardera éternellement l’empreinte de Pointe-Noire.

 

Philippe Edouard

Légendes et crédits photo : 

Jain

Notification: 

Non