Musique : Schapy Premier sort « Master Class »

Vendredi 18 Octobre 2019 - 12:57

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

A Pointe-Noire, Schapy Premier, de son vrai nom Schappy Conckot, s’apprête à sortir un album de variétés jazz. Une partition différente de celle que l’on peut entendre au Congo Brazzaville.

C’est toujours une agréable surprise que d’entendre des musiques et sonorités venues du Congo et comme sorties des sentiers battus. C’est aussi parfois un pari osé et risqué pour l’artiste qui minimise les chances d’entrer dans les playlists de Trace Africa. Car, pour le public du Congo Brazzaville, Trace Africa reste inévitablement l’indicateur de tendance, l’unité de mesure du succès d’un titre et, pour l’artiste, un signe de reconnaissance absolue. Aux antipodes du buzz, parfois trop criant, apparaissent ici et là des artistes qui n’en ont cure et qui ne suivent qu’un seul chemin, fut il de croix, balisé par la prise de risque et un esprit sans doute moins fédérateur.

Du Congo au Maroc en passant par les Etats-Unis…

C’est le cas de Schapy Premier,  qui aura usé ses doigts dès l’âge de 8 ans sur la guitare de sa mère.  Né à Pointe-Noire, le jeune virtuose grandit dans un environnement familial où la musique s’invite chaque jour entre les murs de la maison.  Le succès du titre "Ndji Ndji" de son oncle Ya Tatchi, trompettiste de jazz vivant en Suisse, illustre ô combien  la passion de cette famille pour qui la musique semble vitale. Pour s’en convaincre davantage, c’est avec son cousin Emmanuel Nsingani, bassiste vivant aux Etats-Unis, que Schapy Premier a mis en boîte son second album intitulé "Master Class", un doux album de variétés jazz. «  Grâce aux nouvelles technologies, je peux étendre ma collaboration avec d’autres musiciens et dépasser les frontières. C’est le cas avec mon cousin Emmanuel qui a joué de la basse et mixé mon nouvel album aux Etats-Unis. Je travaille aussi avec Alex Sakamesso qui vit au Maroc. Ces échanges de données ouvre le champ à une palette plus large de couleurs, de sonorités », se réjouit il.

Des sacrifices jusqu’au bout de la nuit…

Auteur, compositeur, guitariste et chanteur, Schapy Premier est également choriste de ses propres titres et, le plus étonnant, est que ses backing vocals sonnent très féminin à l’écoute de " Master Class", un LP dix titres aux accents résolument jazz où se mélangent textes en français, lingala ou lari et même en anglais, une langue presque naturelle  pour cet artiste ayant étudié à Cap Town, en Afrique du Sud, et titulaire d’une licence en gestion et ressources humaines.  Mais l’artiste confesse : « Au-delà de mes études, j’ai choisi de faire de la musique mon seul métier, c’est beaucoup de sacrifices. C’est en moi comme une obsession qui me poursuit tard dans la nuit,  c’est d’ailleurs la nuit que j’écris et compose la plupart du temps. Au petit matin, c’est plus fort que moi, il faut que j’enregistre dans la même foulée ».

Après un premier album intitulé "Kani Lumbu" en 2017, la sortie de "Master Class" est programmée au 10 décembre prochain.  En attendant, Schapy Premier s’envolera de Pointe-Noire ce mardi à destination de Casablanca puis Rabat et Marrakech pour clipper quelques titres de ce nouvel opus.

Philippe Edouard

Légendes et crédits photo : 

Schapy Premier

Notification: 

Non