Opinion

  • Éditorial

One Planet Summit

Mercredi 6 Décembre 2017 - 8:40

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Ce nouveau Sommet, annoncé il y a quelques semaines par le président français, Emmanuel Macron, au terme du G20 d’Hambourg, réunira sur les berges de la Seine, le 12 décembre, plusieurs dizaines de chefs d’Etat et de gouvernement venus du monde entier. Face aux « climato-sceptiques » tels que le président américain, Donald Trump, il affirmera avec force la volonté des humains que nous sommes de lutter contre la dégradation de l’environnement qui menace très directement notre espèce.

Sans doute, étant donné la complexité du problème, ne verra-t-on rien sortir de très concret de cette nouvelle réunion au plus haut niveau des Etats, mais si, comme le précise le document envoyé aux journalistes afin qu’ils s’accréditent, « le One Planet Summit a pour ambition d’accélérer la mobilisation des acteurs et des moyens financiers » et si cet objectif est atteint alors, en effet, il se pourrait qu’une page commence à se tourner dans l’histoire de la protection de l’environnement. Et c’est bien l’ambition qu’Emmanuel Macron a clairement affichée lors du Sommet Afrique-Europe qui s’est tenu récemment à Abidjan.

Disons-le ici sans l’ombre d’un doute : si l’Afrique centrale affirme à cette occasion, avec toute la force nécessaire, sa volonté de protéger la nature en concrétisant le projet du Fonds bleu pour le Bassin du Congo dont elle a jeté les bases à Oyo, il y a très exactement huit mois, elle franchira un pas décisif sur la voie du développement durable : d’une part, en effet, la communauté internationale prendra la juste mesure de cette action essentielle pour la protection de l’environnement puisque le Bassin du Congo est l’un des deux poumons  de la planète grâce à ses fleuves et à ses immenses forêts ; d’autre part, les investisseurs des cinq continents découvriront qu’en soutenant ce beau projet, ils feraient à terme plus ou moins rapproché une bonne, très bonne affaire.

Gageons que la voix de notre président, Denis Sassou N’Guesso, qui a lancé le noble et beau projet du Fonds bleu lors de la COP 22, à Marrakech, et qui y consacre depuis une bonne partie de son énergie, sera écoutée et entendue par ses pairs lors du « One Planet Summit » de Paris. Avec comme conséquence immédiate que le Fonds recevra sans délai tous les appuis nécessaires pour la mise en place de cette institution à Brazzaville.

 

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 15/12/2017 | Economie verte
▶ 14/12/2017 | Pavé
▶ 13/12/2017 | Rétropédalage ?
▶ 12/12/2017 | Convergence
▶ 11/12/2017 | Feux verts
▶ 8/12/2017 | Gangrène
▶ 7/12/2017 | Remise à plat
▶ 6/12/2017 | One Planet Summit
▶ 5/12/2017 | Alerte
▶ 4/12/2017 | FMI