Opération de maintien de la paix : le budget de la Monusco réduit de trente-deux millions de dollars

Mardi 10 Juillet 2018 - 15:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les États membres de l’ONU ont décidé de mettre en œuvre les coupes budgétaires de l'organisation ainsi que de toutes les opérations de maintien de la paix dans le monde, une décision ayant pris effet depuis le 1er juillet.

La Mission des Nations unies au Congo (Monusco) et d’autres missions de maintien de la paix de l’ONU éparpillées à travers le monde devront dorénavant travailler avec des ressources financières revues à la baisse. Telle est la nouvelle politique mise en place par les États membres des Nations unies, laquelle politique s’inscrit dans une démarche d’optimisation des ressources et de redevabilité. En effet, il a été constaté que la plupart de ces missions engloutissent d’énormes fonds sans que les objectifs qui leur sont assignés ne soient forcément réalisés. La Monusco, en tant qu’opération de maintien de la paix la plus importante de l'ONU en matière de ressources tant humaines que financières, n’a pas échappé à cette nouvelle donne imposée par les États membres et qui a pris effet  depuis le 1er juillet.

C’est ainsi que contrairement aux autres missions, elle est celle qui aura subi la forte coupe budgétaire, soit  trente-deux millions de dollars américains. Eu égard à cette déduction, le budget de la Monusco pour l’exercice 2018-2019 est désormais de près de 1,115 milliard de dollars américains. Une situation que tentent de relativiser les cadres de la mission qui estiment que cela n’aurait aucune incidence sur leurs activités en RDC, d’autant plus que la situation sécuritaire va en s’améliorant dans le pays. « Il faut souligner que cette coupe, tout en étant importante, l’est moins par rapport à celle qu’on avait l’année dernière », a indiqué la porte-parole de la Monusco, Florence Marchal, citée par 7sur7.cd. L’on croit savoir, par ailleurs, que cette coupe budgétaire dont fait l’objet la Monusco a un lien étroit avec le départ progressif de ses troupes de la RDC. 

Pour un contingent onusien qui est en passe de quitter le sol congolais, un vœu maintes fois exprimé par les officiels de ce pays, il est inconcevable que la Monusco puisse toujours continuer à bénéficier d’importants moyens financiers alors qu’elle se trouve bien dans une logique de départ. Une approche que soutient, d’ailleurs, Florence Marchal. « Si le processus politique et électoral en cours se passe bien, normalement on ne devrait plus rester très longtemps au pays. Ça fait plusieurs années déjà qu’on se prépare à cela. Donc, il est normal qu’on soit dans une logique de diminution de nos ressources plutôt que dans celle d’augmentation, puisque nous sommes dans une logique de départ prochain », a-t-elle ajouté.

Cependant, une certaine opinion interne redoute que cette coupe budgétaire ne puisse affecter négativement les activités de la Monusco dont le soutien logistique est très attendu en cette année électorale. En effet, l'on se rappelle ce qu’a été son apport lors des élections de 2006 et de 2011 dans la sécurisation des sites électoraux ainsi que dans l’acheminement, via sa flotte aérienne, des kits électoraux dans des zones réputées inaccessibles. Ce qui relance la sempiternelle problématique quant à l'opportunité du départ de la Monusco de la RDC qui a encore tout à gagner de la présence des troupes onusiennes muées en forces de dissuasion dans certains coins du pays où l’autorité de l’État est souvent mise à mal par les forces négatives.         

Alain Diasso

Légendes et crédits photo : 

Des Casques bleus de la Monusco

Notification: 

Non