Opinion

  • Éditorial

Ormuz

Lundi 9 Juillet 2018 - 12:59

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


L’avertissement lancé depuis Vienne à la communauté internationale, la semaine dernière, par le président Hassan Rohani, est aussi clair que définitif : si la pression qu’exercent les Etats-Unis pour imposer le boycott du pétrole produit par son pays est suivie d’effet, l’Iran n’hésitera pas à bloquer le Détroit d’Ormuz qui commande l’accès au golfe Persique et par où transite plus du quart du commerce mondial de l’or noir. Avec toutes les conséquences stratégiques qu’un tel blocage aura inévitablement : guerre navale, affrontements terrestres, paralysie des grandes nations industrielles de l’hémisphère nord, hausse brutale et massive des cours du pétrole, bref déstabilisation durable d’une région dont dépend pour une large part l’économie moderne.

Ce que démontre de façon accablante l’affrontement qui se prépare dans cette partie du monde n’est  pas autre chose que l’incapacité des grandes puissances à prévenir une crise de vaste  ampleur dont elles paieront les conséquences au prix fort. Croire, en effet, que l’Iran cèdera devant les menaces proférées par le président des Etats-Unis, Donald Trump, afin de protéger son principal allié, à savoir Israël, d’une attaque éventuelle de l’Iran avec des armes qui pour l’instant n’existent pas n’est pas autre chose que se mettre la tête dans le sable et ne pas regarder la vérité en face. Plus les pressions se feront fortes contre Téhéran, plus l’Iran cherchera à se doter des mêmes armes qu’Israël.

Redisons-le donc une fois de plus : le conflit qui se prépare au Levant et que rien ne semble désormais pouvoir empêcher fera à bref délai du golfe de Guinée l’une des régions les plus convoitées, mais aussi les plus riches potentiellement du globe et nous devons nous préparer à cette éventualité qui, demain, sera une réalité bien tangible. Possédant d’immenses réserves de pétrole et de gaz qui sont pour une large part situées en pleine mer, cette partie de l’Afrique centrale sera demain le principal producteur d’hydrocarbures de la planète. Si les Etats qui la composent font preuve de la sagesse dont les gouvernements du Proche et du Moyen-Orient s’avèrent aujourd’hui dépourvus, elle tirera un immense bénéfice de la guerre qui va dévaster le golfe persique.

Il nous revient sans aucun doute, à nous Africains, d’anticiper cette crise qui paraît malheureusement inévitable. Anticiper au sens le plus large du terme.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 22/9/2018 | Réseaux
▶ 21/9/2018 | Application
▶ 21/9/2018 | Tensions
▶ 20/9/2018 | Fiabilité
▶ 18/9/2018 | Pauvre Alain !
▶ 15/9/2018 | Vues de …
▶ 13/9/2018 | Inquiétude
▶ 12/9/2018 | Antivaleurs
▶ 11/9/2018 | Enseignements
▶ 10/9/2018 | Roman