Paludisme : les moustiquaires en voie de distribution ne sont pas empoisonnées

Mardi 17 Septembre 2019 - 19:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La plate-forme des organisations non gouvernementales et associations de lutte contre le paludisme au Congo a appelé, le 17 septembre à Brazzaville, les responsables des ménages à se faire recenser en vue de s’approprier des moustiquaires imprégnées d’insecticide, insistant qu'elles ne sont pas toxiques.   

L’invite des organisations de la société civile fait suite à un support sonore qui circule dans des réseaux sociaux au sujet des moustiquaires imprégnées qui seraient empoisonnées.

La plate-forme de lutte contre le paludisme demande à la population congolaise de ne pas se fier à cette publication sonore, assurant que l’insecticide utilisé pour imprégner ces moustiquaires n’est pas toxique à l’homme et ne constitue pas une menace pour la santé.

« La dotation des moustiquaires imprégnées d’insecticides à longue durée d’action par le Fonds mondial, principal bailleur qui finance la lutte contre le VIH-sida, la tuberculose et le paludisme en collaboration avec le ministère de la Santé et de la population est une initiative salvatrice pour la prévention contre cette pandémie », a indiqué Fredy Kelly, rapporteur de la plate-forme.  

Au Congo, le paludisme est un problème majeur de santé publique. Le rapport 2018 de l’Organisation mondiale de la santé a enregistré 403 000 décès dus à cette maladie. En effet, pour l'endiguer, le gouvernement procède depuis le début de ce mois au dénombrement des ménages dans le but de leur distribuer des moustiquaires imprégnées. Mais certains ménages refusent de se faire recenser, redoutant des moustiquaires qui seraient nocives à la santé ou empoisonnées.

Pour atteindre tous les ménages cibles, le ministère de la Santé et de la population, grâce à l’appui de ses partenaires financiers, a déployé plusieurs agents dénombreurs sur l’ensemble du territoire national. A Brazzaville, ces agents ont été confrontés au refus de certains ménages qui n’entendent pas se faire enregistrer.

« Nous confirmons que la société civile, à travers notre plate-forme, est impliquée dans le processus d’obtention du don de ces moustiquaires depuis le dialogue pays qui a dégagé les priorités nationales en matière de lutte contre le paludisme, en passant par la rédaction du projet, jusqu’à la signature de l’accord de don entre le Congo et le Fonds mondial », a précisé Bipemosso, premier président de la plate-forme de lutte contre le paludisme.

La déclaration de la plate-forme des organisations non gouvernementales et associations de lutte contre le paludisme relève que « la rumeur ne précise ni la nature de l’insecticide ni le laboratoire pour déduire que ces moustiquaires sont toxiques ».

Fortuné Ibara

Légendes et crédits photo : 

Des membres de la plate-forme de lutte contre le paludisme/Adiac

Notification: 

Non