Opinion

  • Éditorial

Parler vrai

Jeudi 14 Février 2019 - 11:58

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Rien n’est plus important, dans le moment que nous vivons où le Congo s’apprête à sortir du marasme dans lequel il s’est trouvé  plongé bien malgré lui ces quatre dernières années en raison de l’effondrement brutal des cours du pétrole sur les marchés mondiaux, rien n’est plus important donc que de parler vrai. Autrement dit de décrire à notre peuple la réalité telle qu’elle est, les problèmes tels qu’ils sont, les raisons de croire en un avenir meilleur telles qu’elles sont.

Alors, en effet, l’opinion publique se mobilisera pour accélérer la relance qui se prépare chez nous avec l’aide de la communauté internationale. Au-delà des messages d’espoir que l’Etat et le gouvernement lancent de différentes façons, il est indispensable, si du moins l’on veut que la société civile contribue fortement au redressement national qui se dessine, de lui donner en continu les informations qui la conforteront.

Expliquer de façon claire comment va être rénovée la gouvernance publique, comment sera soutenue la création d’emplois, comment les finances publiques contribueront à la relance de la croissance, comment sera organisée la mise en valeur des ressources naturelles que détient notre pays, comment sera combattue la corruption à tous les niveaux de la collectivité, comment seront formées les nouvelles générations aux nouvelles technologies qui vont modifier les méthodes de production et de gestion, comment sera renforcée l’éducation civique sont autant de démonstrations qu’il convient de faire sans attendre. Tout simplement parce que c’est elles qui convaincront les Congolais que la page du désordre, du laisser-aller collectif est tournée.

L’Etat et les collectivités locales ont suffisamment de moyens aujourd’hui pour mener à bien de telles actions. S’ils s’emploient à faire passer des messages concrets par les assemblées parlementaires, par le canal des médias publics et privés, par les organisations non gouvernementales et les réseaux sociaux, par les élus locaux qui quadrillent le territoire national, par les syndicats et les organisations professionnelles, le Congo fera un bond en avant semblable à celui que nous avons tous vécu au sortir des guerres civiles de la fin du siècle précédent. L’enjeu, comme disent les Anglais, en vaut la chandelle !

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 22/3/2019 | Route
▶ 21/3/2019 | Texto
▶ 21/3/2019 | Cinquième
▶ 20/3/2019 | 2021 !
▶ 19/3/2019 | Avertissement
▶ 18/3/2019 | Compétition
▶ 15/3/2019 | Leçons
▶ 14/3/2019 | Liberté !
▶ 14/3/2019 | Merci !
▶ 13/3/2019 | Odzala