Opinion

  • Éditorial

Passé

Mardi 7 Novembre 2017 - 12:43

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


S'il est une tâche que notre pays doit s'imposer dans le moment présent c'est avant tout de rassembler, de préserver, de faire valoir les biens culturels d'une valeur inestimable que lui ont été transmis par les générations précédentes. Placé au cœur de l'immense Bassin du Congo, profondément marqué par l'Histoire ancienne comme par l'Histoire moderne car il a toujours été une voie de passage entre le nord, le sud, l'est et l'ouest de l'Afrique centrale, le Congo détient en effet des trésors qu'il est temps de faire connaître à nos concitoyens et, plus largement, au reste du monde.

Telle est, précisément, la mission que s'est assignée le nouveau ministre de la Culture et des arts, Dieudonné Moyongo, au terme de l'examen minutieux qu'il a effectué dès sa prise de fonctions afin de mesurer le travail à accomplir dans les années à venir si l'on veut que l'héritage humain, culturel, artistique de notre pays soit non seulement préservé, mais également placé sur le devant de la scène mondiale. Une mission qui n'incombe pas seulement aux pouvoirs publics, et doit être appuyée, soutenue, relayée par la société civile, par chacun d'entre nous donc à la place qu'il occupe dans la société et avec les moyens grands ou petits dont il dispose, car elle marquera ce temps d'un sceau indélébile, si elle est accomplie dans les mois et les années à venir. C'est pourquoi il convient d'en souligner ici et maintenant l'importance.

Alors que débute cette nouvelle et belle aventure, il convient de rappeler qu'au plus haut sommet de l'Etat, la volonté de préserver et de mettre en valeur l'héritage historique de notre nation est clairement affichée. En témoignent, dans des domaines très différents, l'élévation en plein cœur de Brazzaville du Mémorial Pierre-Savorgnan-de-Brazza et la construction en cours du centre de conférences qui le complètera, l'extraordinaire Musée de la danse initiatique kiebe-kiebe bâti dans la forêt de Ngolodoua à une encablure d'Oyo, le projet de création du Musée de l'esclavage à Loango d'où sont partis pendant des siècles les navires de la traite négrière vers le Brésil et les Caraïbes.

Rappeler, expliquer, décrypter le passé afin de comprendre le présent et de préparer l'avenir, tel est bien le grand projet qui débute sous nos yeux. Tel est aussi le devoir que chacun de nous doit s'imposer.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 15/12/2017 | Economie verte
▶ 14/12/2017 | Pavé
▶ 13/12/2017 | Rétropédalage ?
▶ 12/12/2017 | Convergence
▶ 11/12/2017 | Feux verts
▶ 8/12/2017 | Gangrène
▶ 7/12/2017 | Remise à plat
▶ 6/12/2017 | One Planet Summit
▶ 5/12/2017 | Alerte
▶ 4/12/2017 | FMI