Opinion

  • Éditorial

P.C.T

Mercredi 13 Septembre 2017 - 14:10

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Pierre Ngolo, qui dirigeait le Parti congolais du travail depuis 2011, ayant été élu mardi président du Sénat, la tenue du congrès de la principale formation politique congolaise est devenue inévitable. Retardée à plusieurs reprises ces derniers mois elle devrait, en bonne logique, se concrétiser avant la fin de cette année et refléter ainsi les changements qui sont intervenus ces derniers mois à la faveur des élections législatives, sénatoriales et locales. Aussi convient-il d'observer avec la plus grande attention le processus qui va s'engager au sein de la majorité présidentielle.

L'enjeu du débat qui se prépare s'avère d'autant plus important que des réformes majeures sont en préparation dans le cadre de l'action gouvernementale, réformes qui devront être votées par les deux chambres du Parlement, puis mises en œuvre sur toute l'étendue du territoire sous le contrôle des assemblées départementales et locales. Etant donné le poids du PCT dans la sphère politique et dans les institutions de la Nouvelle République, le parti jouera par définition un rôle clé dans la mutation qui se prépare et dont le chef de l'Etat a défini à plusieurs reprises les priorités.

Le cadre des réformes à venir étant posé de façon claire, deux grandes tendances vont certainement affirmer, ou plutôt confirmer au sein du parti leur volonté d'influer fortement sur l'évolution de la gouvernance publique : la première, forte des résultats obtenus ces quinze dernières années dans le redressement du pays,  prônera le maintien de la ligne traditionnelle du PCT et s'opposera à tout changement dans ses structures comme dans ses méthodes ; la seconde, convaincue depuis longtemps que le parti ne peut demeurer figé sur ses positions antérieures en raison, d'une part de l'évolution de la société congolaise, d'autre part des difficultés  que doit aujourd'hui surmonter le Congo, prônera une modification profonde de ces mêmes structures, de ces mêmes méthodes.

Prédire aujourd'hui, alors que le mécanisme n'est pas encore lancé, ce qui va se passer sur le terrain et donc ce qui sortira du congrès du PCT à venir serait quelque peu hasardeux. Mais l'on peut d'ores et déjà tenir pour certain que les conclusions auxquelles celui-ci parviendra auront un impact déterminant sur l'avenir de notre pays.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 17/11/2017 | Dette
▶ 16/11/2017 | Africa first
▶ 15/11/2017 | Trop tard ?
▶ 14/11/2017 | Bombe
▶ 13/11/2017 | Exemples
▶ 10/11/2017 | Agressions
▶ 9/11/2017 | Espoir
▶ 8/11/2017 | Alerte
▶ 7/11/2017 | Passé
▶ 6/11/2017 | Question