Opinion

  • Éditorial

Piège

Lundi 10 Juin 2019 - 18:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Ce piège, ou plus exactement ces pièges car ils seront probablement nombreux, sont ceux que les opposants radicaux, qui mènent depuis des années un combat farouche contre les autorités congolaises, vont tenter à coup sûr de perturber l'organisation des grands scrutins de 2021 et 2022.

N’ayant pas su faire descendre notre peuple dans la rue à la faveur de la crise économique qui le frappait de plein fouet, ayant échoué dans leur tentative de faire du département du Pool une zone de non droit qui aurait démontré l’incapacité du pouvoir de faire régner l’ordre sur toute l’étendue du territoire, n’ayant pas non plus réussi à perturber les négociations engagées par l’Etat avec le Fonds monétaire international et les détenteurs de la dette extérieure du pays, les opposants extrêmes vont s’employer dans les prochains mois à dégrader l’image intérieure et extérieure de notre pays. Ce qui les amènera à tout mettre en œuvre pour que soit rendue incertaine la conduite des processus électoraux à venir et, surtout, que soient rouvertes les blessures du passé.

Ne nous faisons aucune illusion sur ce point : dans le moment même où la République du Congo s’apprête à conclure avec les institutions financières de la communauté internationale – sans doute dans les tout premiers jours du mois de juillet – l’accord qui assainira ses finances publiques et qui permettra de relancer la croissance nationale, des individus préparent dans l’ombre des actions visant à ressusciter les vieux démons qui nous ont fait tant de mal. Il suffit pour s’en convaincre d’observer les fausses nouvelles que diffusent les réseaux sociaux ou de regarder les actions qui se dessinent dans différents milieux.

Il appartient, bien sûr, aux pouvoirs publics de prévenir les tentatives de fragilisation de notre société qui se multiplieront à l’approche de l’élection présidentielle, des élections législatives, sénatoriales et locales. Mais chaque citoyen, chaque citoyenne doit être lui aussi attentif à ce qui se dit, à ce qui se fait autour de lui afin de ne pas tomber dans le piège de la désinformation qui lui-même pourrait se révéler dévastateur.

La protection de la démocratie ne relève pas de la seule autorité de l’Etat. Elle est l’affaire de tous, ne l’oublions pas.

 

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 21/8/2019 | Médicament
▶ 20/8/2019 | G 7 ?
▶ 19/8/2019 | Recul
▶ 17/8/2019 | Messages du 15 août
▶ 14/8/2019 | 59 ans !
▶ 13/8/2019 | 15 août
▶ 12/8/2019 | Virage
▶ 10/8/2019 | Reprise
▶ 8/8/2019 | Indépendance cha-cha
▶ 8/8/2019 | Attente