Prévention des conflits : une conférence universelle sur la paix annoncée au parlement européen

Mardi 19 Juin 2018 - 12:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les assises se dérouleront les 5 et 6 septembre, dans la capitale belge, et connaîtront la participation des députés européens, asiatiques, américains et africains ainsi que des organisations non gouvernementales internationales.

 

 Le rendez-vous de septembre à Bruxelles, une initiative du Conseil universel pour la paix des nations et continents (Culpac), se tiendra sur le thème « Qui menace la paix universelle ? ». Les activités relatives à cet événement ont été lancées officiellement, le 6 juin, à Vox Box du parlement européen, par le secrétaire général du Culpac, Daniel Santu Biku, en séjour de travail en Europe dans le cadre d'une mission humanitaire pour la paix, la vulgarisation des droits de l’homme et le développement des actions bienveillantes.

Dans son message, Daniel Santu a d’emblée exhorté tous les hommes à vivre sans aucune discrimination, dans la  paix, l’amour et le respect de leurs semblables partout où ils se trouvent et dans n’importe quel point du globe terrestre. Après avoir annoncé le démarrage officiel des activités de la conférence, il a expliqué : « La conférence universelle pour la paix est un cadre de prévention et de conscientisation pour promouvoir, renforcer, consolider et rétablir la paix, élément indispensable et indissociable pour tout développement et le bien de l’humanité afin de lutter contre l’injustice, le racisme, la violence sous toutes ses formes, la misère et la pauvreté au travers de sa thématique centrale : « Qui menace la paix universelle ? »

Ce questionnement, a-t-il dit, a pour but de sensibiliser des dirigeants et des opinion publiques afin de cerner et prévoir des résolutions salutaires pour la paix mondiale, en ce moment jamais connu dans l’histoire de l’humanité où des foyers de tension, des différents conflits, la violation des droits humains, diverses revendications, la famine, des épidémies et surtout la destruction de la nature prennent presque partout des ampleurs plus qu’inquiétantes.

Daniel Santu Biku a pointé du doigt l’être humain lui-même comme étant au centre de cette menace, au regard de sa force, ses moyens gigantesques et son égocentrisme au détriment de ses semblables. « La paix n’est pas seulement l’absence des bruits des canons ou missiles ou encore des mitrailleuses causant la désolation mais aussi tout ce qui complique, ennuie, terrorise son semblable. La paix est un bien très précieux qui, si elle règne dans les profondeurs sereines de notre cœur et de notre esprit, se manifeste également dans nos rapports avec les autres. Sur un plan vaste, cette tranquillité peut assurer l’ordre et l’harmonie entre les peuples et les nations. La recherche de la paix véritable et réelle doit comprendre une conscience de la dignité commune de chaque habitant de notre société mondiale. La paix naît de la compréhension, de la tolérance, de l’amitié, du respect fondés eux-mêmes sur cette conviction que des gens, malgré les différences de race, d’ethnie, de religion ou de culture, partagent tous une humanité universelle», a confié le secrétaire général du Culpac.

Aussi a-t-il souligné l’importance qu’accordent les députés européens par rapport à cette question de la paix qui est menacée en accompagnant le Culpac dans sa quête de sensibilisation à la paix mondiale. Il a enfin remercié toutes les personnalités et les organisations non gouvernementales internationales qui participeront à cette conférence  dont le but est la construction d’une paix mondiale. « Rêvons, cultivons et travaillons tous sur la paix dans nos familles, amitiés, relations, quartiers, environnements, villes, nations, continents, bref sur l’ensemble de notre chère planète terre. Que vive la paix », a-t-il conclu.

Notons qu'au cours de cette céréomie de lancement officiel de la conférence devant la presse internationale, Daniel Santu Biku a été entouré de Patrice Salaga, conseiller diplomatique; d'Édouard Martin;  de Sandra Melone, déléguée de Search common for ground, une ONG internationale américaine; de Barbara Dietrich de Diplomatic world, d'Alhadi Adam Agebbebbeldour, président d’African international institute for peace; et d’Alexandra Ivakhnik de Protect defenders de l’Union européenne.

Martin Enyimo

Légendes et crédits photo : 

Daniel Santu Biku et Patrice Salaga du Culpac lors du lancement des activités de la Conférence universelle sur la paix à Bruxelles

Notification: 

Non