Projet de restructuration des quartiers précaires : les structures impliquées s’imprègnent des procédures de passation des marchés

Lundi 25 Mars 2019 - 18:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les municipalités de Brazzaville et de Pointe-Noire, les organismes gouvernementaux et le personnel du projet de développement urbain et de restructuration des quartiers précaires (Durquap), assimilent les règles de passation des marchés selon les procédures de la Banque mondiale (BM).

Pour mieux outiller les techniciens dont l’expertise contribuera au succès du projet, les thèmes tels le cycle de projet BM (l’identification, la préparation, l’évaluation, le plan de passation, l’accord de financement, l’exécution, la supervision et l’évaluation finale) et la passation des marchés des travaux seront expliqués.

 « Nous avons voulu, avant de commencer certaines activités phares du projet, en l’occurrence l’aménagement des voiries et la construction des ouvrages d’assainissement dans les quartiers cibles, mettre tous les acteurs au même niveau de compréhension des procédures de passation des marchés », a indiqué le coordonnateur de ce projet, Batounguidio.

Organisé du 25 au 28 mars par la cellule d’exécution du Durquap, cet atelier est également une occasion pour les participants de connaître toutes les procédures des marchés, notamment l’évaluation des propositions des consultants et des offres des entreprises soumissionnaires, a ajouté le coordonnateur.

Expliquant les procédures selon la BM, le spécialiste principal en passation de marché au sein de cette institution à Brazzaville, Traoré Lanssina, a souligné : « Selon les codes des marchés publics en vigueur au Congo, un appel d’offres national ne concerne que les entreprises qui sont sur place. Alors qu’au niveau de la BM, quand l’appel d’offres est national, cela ne concerne que la publicité. Car, une entreprise étrangère peut soumissionner, et son offre doit être considérée au même titre que celle des entreprises nationales ».

Cofinancé par le gouvernement congolais et la BM, à hauteur de soixante-dix-huit milliards FCFA, le Durquap est placé sous la tutelle du ministère de l’Aménagement du territoire et des grands travaux. Il vise l’amélioration de l’accès aux infrastructures de base pour les habitants des quartiers précaires de Brazzaville et de Pointe-Noire : Soukissa, Moukoundzi-Ngouaka puis Tchiniambi et Tié-Tié.

Lopelle Mboussa Gassia

Légendes et crédits photo : 

Vue des participants à l'atelier de formation

Notification: 

Non