Opinion

  • Éditorial

Question

Jeudi 11 Avril 2019 - 11:32

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Benjamin Netanyahou devant être confirmé dans ses fonctions de Premier ministre, l’Etat d’Israël poursuivra la politique dure appliquée depuis des années vis-à-vis du peuple palestinien, ou bien va-t-il au contraire s’attacher à relancer le débat qui seul peut instaurer une paix durable au Proche et au Moyen-Orient ? Cette question, tous les observateurs de la scène diplomatique se la posent aujourd’hui avec l’espoir que la raison l’emportera sur la tentation de la force qui a approfondi ces dernières années le fossé creusé entre les deux peuples.

Si la réponse semble a priori acquise pour la première hypothèse, celle de la ligne dure, il n’est pas impossible en réalité que l’on assiste durant le nouveau mandat de Benjamin Netanyahou à un infléchissement dont pourrait sortir un accord de longue durée avec les Palestiniens. Ceci pour deux raisons simples que voici : d’abord parce que le poids humain du peuple palestinien ne cesse de croître dans la région au point qu’à échéance d’une dizaine ou d’une vingtaine d’années, les Israéliens se retrouveront en minorité sur leur propre territoire et se trouveront confrontés à un déséquilibre dangereux ; la seconde raison est que le divorce entre les deux peuples ne peut qu’aggraver les tensions existantes avec les pays comme l’Iran dont la puissance et donc la capacité de nuire ne cesse de grandir.

Même si les Etats-Unis de Donald Trump renforcent de façon spectaculaire l’appui qu’ils apportent au Premier ministre qui vient de gagner les élections législatives à une courte majorité, l’inquiétude grandit concernant l’avenir à long terme d’Israël au sein du puissant lobby juif qui tire, comme on dit, les ficelles à Washington. Les mêmes causes produisant toujours les mêmes effets, le déséquilibre démographique qui se précise dans cette partie du monde finira tôt ou tard par provoquer des tensions que les autorités de Tel Aviv auront de plus en plus de mal à gérer. Et la détention  de l’arme nucléaire dont ces mêmes autorités se sont dotées avec l’aide de la France ne mettra certainement pas Israël à l’abri de la déferlante humaine qui se prépare.

Ce qu’il faut espérer dans le moment présent, c’est précisément que la prise en compte de ces évidences amènera les dirigeants israéliens à infléchir la ligne dure qui les a inspirés jusqu’à présent.

 

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 15/9/2019 | Appels perdus
▶ 13/9/2019 | Start-up
▶ 13/9/2019 | Education
▶ 12/9/2019 | Volonté
▶ 11/9/2019 | Investir
▶ 10/9/2019 | Regards
▶ 9/9/2019 | Réputations
▶ 6/9/2019 | Bilan
▶ 5/9/2019 | Faire avec
▶ 4/9/2019 | Nature