Opinion

  • Éditorial

Recul

Lundi 19 Août 2019 - 15:43

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Les deux semaines qui suivent, chez nous, la Fête de l’indépendance étant traditionnellement des semaines de repos après une période d’activités intenses, il n’est pas inutile de les mettre à profit pour prendre du recul par rapport à l’actualité, tirer les leçons des mois passés, se préparer aux semaines à venir qui seront certainement elles aussi très chargées.

Que l’évolution de notre pays dans les six premiers mois de cette année 2019 soit positive ne fait aucun doute. De la mise en application des règles qui amélioreront fortement la gouvernance publique à la signature de l’accord financier avec le Fonds monétaire international en passant par l’annonce à Oyo de la mise en exploitation des champs pétroliers de la Cuvette, par le début du règlement de la dette intérieure et extérieure de l’Etat, par la multiplication des accords économiques passés avec de grands pays comme la Russie et la Chine, par la relance progressive des activités dans les zones du territoire national durement frappées par la crise financière, la liste est longue, plus longue même qu’on ne le croit, des atouts que le Congo a de nouveau entre les mains pour conjurer le mauvais sort qui l’a si durement frappé ces quatre dernières années. Et, par conséquent, tous les espoirs sont désormais permis.

Ceci étant dit ou plutôt écrit, il n’en reste pas moins vrai que seule la volonté collective d’aller jusqu’au bout de la logique de rigueur, d’austérité, de bonne gouvernance qui a prévalu chez nous ces derniers temps nous permettra de tirer un véritable profit des actions entreprises ces derniers mois pour sortir enfin du fossé dans lequel nous avait plongé la chute brutale des cours du pétrole sur les marchés mondiaux. Le cadre général étant posé de façon aussi claire que positive, il revient maintenant à la puissance publique, à l’Etat donc et à ses administrations, mais aussi à chacun de nous de respecter les engagements pris à l’égard de la communauté internationale, des grands investisseurs, des créanciers publics et privés qui nous ont fait confiance, autrement dit de tous ceux et toutes celles qui n’ont pas baissé les bras lorsque la foudre a frappé le Congo.

Prendre du recul non pour nous endormir, mais pour mieux préparer les temps à

venir, voilà sans aucun doute ce que nous devons faire maintenant si nous voulons tourner définitivement la page difficile que nous avons vécue.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 19/9/2019 | Formation
▶ 19/9/2019 | Immigration
▶ 18/9/2019 | Rigueur !
▶ 17/9/2019 | Brut
▶ 15/9/2019 | Appels perdus
▶ 13/9/2019 | Start-up
▶ 13/9/2019 | Education
▶ 12/9/2019 | Volonté
▶ 11/9/2019 | Investir
▶ 10/9/2019 | Regards