Opinion

  • Éditorial

Retour

Samedi 12 Septembre 2020 - 17:35

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel


Après des années passées à Cuba, les étudiants congolais formés aux métiers de la santé ont regagné le pays vendredi 11 septembre par vol spécial. On imagine l’émotion des parents qui sont allés à leur rencontre à leur lieu d’hébergement à Kintélé, dans la banlieue nord de Brazzaville. On imagine l’émotion chez les jeunes gens eux-mêmes et aussi la satisfaction du gouvernement représenté sur place par le Premier ministre, Clément Mouamba et les ministres Bruno Jean-Richard Itoua et Lydia Jacqueline Mikolo, en charge respectivement de l’Enseignement supérieur et de la Santé.

Il faut saluer l’exemplarité de la coopération entre Cuba et le Congo d’autant plus que ce n’est pas pour la première fois que la Havane accueille sur son sol les jeunes congolais en quête de formation diplômante et qualifiante. La première expérience remonte aux années 79-80. Il faut aussi saluer ces futurs médecins qui ont gardé la tête haute jusqu’à la fin de leurs études, malgré les nombreuses privations auxquelles ils ont pu faire face. En toute chose, dit-on, il faut considérer la fin.

Deux cent cinquante-deux médecins, six techniciens, les chiffres parlent d’eux-mêmes en termes de ressources humaines dans un secteur aussi sensible que celui de la santé où les besoins en cadres qualifiés sont toujours croissants. Avec leurs collègues formés à Brazzaville, trente-six au total, ils vont tous être déployés dans les hôpitaux du pays pour une immersion de quelques mois. C’est la condition pour qu’ils s’imprègnent des réalités de terrain et mesurent en quoi les prestations attendues d’eux sont au cœur du défi que pose l’offre publique de santé dans le pays.

Il reste au gouvernement qui s’est dépensé comme on l’a vu pour ce résultat encourageant, de faire en sorte que ces jeunes médecins trouvent le minimum dans les hôpitaux qu’ils vont intégrer pour leur stage d’imprégnation. Bien entendu, la crise sanitaire du coronavirus, encore présente, continue de dicter sa loi, mais l’exécutif ayant montré sa capacité de résilience en assurant le fonctionnement des services essentiels depuis son apparition aura tout à gagner de poursuivre la modernisation des hôpitaux. Cette option est fondamentale pour stimuler ces jeunes médecins qui ont besoin d’un bon encadrement et d’un environnement de travail sain.

Les Dépêches de Brazzaville

Edition: 

Édition Quotidienne (DB)

Notification: 

Non

Éditorial : les derniers articles
▶ 2/12/2020 | Les deux roues
▶ 1/12/2020 | Menaces
▶ 30/11/2020 | Et maintenant ?
▶ 28/11/2020 | République
▶ 26/11/2020 | Morosité
▶ 26/11/2020 | Unité
▶ 25/11/2020 | Enfin!
▶ 24/11/2020 | Fonds Bleu
▶ 24/11/2020 | Concertation
▶ 21/11/2020 | Prudence